Divertissement

Cathy Pomerleau lance son livre Ma mère est morte ce jour-là 0

Par Yvon Audet

Cathy Pomerleau, aujourd'hui établie à Dubuisson mais native de La Reine, a lancé son 2e livre, intitulé Ma mère est morte ce jour-là à la Librairie du Nord, de La Sarre, le 12 novembre.

Il traite d'une fille de 13 ans qui se retrouve du jour au lendemain avec de grandes responsabilités parce que sa mère a subi une intervention chirurgicale au cerveau. «Ce roman est axé sur les bouleversements que la maladie provoque dans une famille et sur ce qu'elle détruit», a mentionné l'auteure, lors de son lancement.

«L'événement majeur qui m'a servi d'inspiration, pour cet ouvrage, a-t-elle ajouté, est un fait vécu au niveau de ma famille. Ma mère a en effet été opérée au cerveau quand j'étais adolescente et cela m'avait marqué. Pour le reste, tout est fictif.»

Le père de l'écrivaine, Gilles Pomerleau, a été très touché en lisant son livre. «J'ai découvert des choses sur ce qu'elle ressentait intérieurement pendant la maladie de sa mère et j'ai pleuré», a-t-il affirmé au Journal.

Sept mois

Mme Pomerleau a consacré «entre six et sept mois», en 2008, a l'écriture de son 2e ouvrage. Il est sorti des presses des Éditions Z'ailées. de Ville-Marie, le 13 octobre 2011. «Ça faisait un an que la maison d'édition l'avait accepté mais son calendrier de publication était complet», a-t-elle précisé.

Un 3e en correction

La Lareinoise d'origine a complété un 3e livre. Il traite de la dépression à l'adolescence avec ce qu'elle entraîne, comme la peur du jugement et autres aspects. L'auteure est bien placée pour parler de ce sujet car elle enseigne dans une école secondaire et elle a déjà rencontré des adolescents qui connaissaient des problèmes de détresse psychologique. Son manuscrit est présentement entre les mains d'une équipe qui s'affaire à le corriger. L'échéancier, quant à sa publication, n'est pas encore établi.

Le premier sur Internet

Son premier livre, intitulé L'ange gardé, avait été diffusé seulement sur Internet, en 2008. Il raconte le drame vécu par une mère de famille qui découvre, en revenant du travail, que sa fille a disparu.

La piqûre pour l'écriture

Professeur de français, Mme Pomerleau a eu la piqûre, pour l'écriture, il y a quelques années, quand elle a démarré un club de lecture, dans son école, et qu'elle a réalisé un projet avec ses élèves. «Je leur ai demandé un jour des idées pour écrire une légende, ce que j'ai fait», a raconté l'écrivaine, le 12 novembre. «La bibliothécaire de notre école m'avait alors dit «on va te lire un jour», et ses propos m'ont motivée.»