Comment gérer les troubles de la misophonie au travail


Publié le 10 mars 2017

Certains sons peuvent être plus irritants que d'autres. Lorsque l'on pense par exemple aux bruits de mastication de gomme, aux reniflements constants d'un collègue enrhumé, aux expirations d'un buveur trop bruyant ou le bruit des touches d'un clavier d'ordinateur, nous pouvons croire que ceux-ci sont tout à fait banals pour la plupart des gens.

Toutefois, pour certaines personnes, ces sons se transforment en cacophonie insupportable, impossible à tolérer, générant en l'espace de quelques millisecondes un intense dégoût, de l'anxiété, suivi d'un certain sentiment de haine envers la personne générant le bruit. Cette pathologie cognitive porte officiellement un nom scientifique depuis l'an 2000; la Misophonie.

La misophonie est un trouble neuropsychiatrique assez fréquent mais toutefois très mal connu. Aucune donnée épidémiologique précise n'existe à ce jour pour déterminer la fréquence et les niveaux d'intensité de la pathologie. Selon une étude de 2014 portant sur près de 500 étudiants, des chercheurs ont démontré que 20% d'entre eux démontrait une forme plus ou moins sévère de misophonie. Lorsqu'elle est confrontée à un son qu'elle ne supporte pas, la personne atteinte de misophonie sévère ressentira instantanément une rage extrême, s'accompagnant de symptômes physiques tels que des sueurs froides et un rythme cardiaque accéléré. La plupart du temps, fuir représente la seule défense contre l'élément irritant. Il est important de noter que les sentiments de rage et de dégoût peuvent être ressentis pendant plusieurs heures après l'exposition aux sons négatifs.

Malheureusement pour les personnes atteintes de misophonie, il n'existe à ce jour aucun traitement scientifique concluant ayant fait ses preuves pour alléger les symptômes ou se débarrasser de ce fardeau. L'approche préconisée pour réduire les effets est alors constituée de différentes tactiques permettant d'éviter au maximum l'exposition aux sources de sons négatifs.

Les trucs et astuces

Pour une personne atteinte de misophonie, il n'y a probablement rien de pire que de partager son environnement de travail avec un collègue 'Loud eater'. Cela signifie de devoir passer 8 heures par jour, 40 heures par semaine, en état d'hyper vigilance, guettant la moindre menace sonore à l'horizon. Toutefois, certaines actions peuvent être entreprises par l'employé afin de minimiser son exposition aux bruits négatifs :

Essayez de changer de place

Évidemment, plus vous êtes éloignés des gens à l'origine de votre misophonie, moins vous serez susceptibles d'être importuné par le bruit. Il est aussi important de ne pas avoir la personne dans votre champ de vision, car cela augmenterait considérablement votre état d'hyper vigilance. À chaque mouvement de la personne, vous serez sur vos gardes de l'arrivée d'un éventuel son négatif.

L'important est donc d'expliquer la situation à votre supérieur immédiat pour le conscientiser afin qu'il comprenne la sévérité de cette condition sur votre bien-être, votre anxiété, vos performances générales, et surtout, sur votre motivation au travail. Pensez à fournir de la documentation de référence afin de faire comprendre que la misophonie est bel et bien un mal réel diagnostiqué qui affecte votre quotidien et votre rendement. Si l'aménagement de travail le permet, votre supérieur sera alors en mesure de relocaliser votre bureau afin de vous accommoder du mieux possible.

Porter un casque d'écoute à réduction de bruit

Le casque d'écoute est probablement la tactique la plus utilisée chez les misophones. Si votre travail vous le permet, porter un casque d'écoute (de préférence à réduction de bruit) vous permettra de vous recentrer dans votre bulle, de rester loin des perturbateurs auditifs et d'ainsi, améliorer la qualité de votre travail, votre bien-être, et de réduire considérablement votre stress et votre hyper vigilance au bruit.

L'idéal est de vous abonner à un service de diffusion de musique en ligne tel que Spotify et de vous créer des listes d'écoute spécifiques pour vous détendre. Par exemple, vous pouvez avoir une liste d'écoute avec de la musique 'lourde' comme du rock ou du métal lorsque vous savez que des bruits risquent de vous incommoder, et une autre liste d'écoute de type 'ambiance' qui vous permet de vous concentrer tout en bloquant votre sens auditif aux bruits externes.

Parler à la personne produisant ces sons

Comme le dit si bien l'adage, cela est beaucoup plus facile à dire qu'à faire! Si vous jugez qu'en établissant une communication efficace avec la personne à l'origine de vos tourments auditifs, cela pourrait jouer en votre faveur, et bien faites-le! Toutefois, il est important de faire preuve d'une grande diplomatie; l'objectif n'est pas de vous faire un ennemi, mais bien de faire comprendre poliment à votre collègue que certains de ses comportements provoquent un son qui génère chez-vous de l'anxiété. Voici les étapes à suivre afin d'expliquer à votre collègue votre trouble de misophonie :

  • Invitez votre collègue à parler en privé. Privilégiez la communication orale plutôt qu'écrite.
  • Évitez l'ébruitement et ne parlez de cette situation qu'avec le collègue concerné.
  • Restez toujours poli et évitez de vous emporter.
  • Commencez par expliquer à votre collègue le problème, et précisez le type de bruit qui est à l'origine de vos soucis.
  • La partie la plus importante est de bien faire comprendre que votre demande n'est pas qu'un simple caprice, mais que vous souffrez bel et bien d'une maladie cognitive qui a un important impact sur vous. Pour certaines personnes, la simple définition de la misophonie peut sembler dérisoire ou totalement absurde. Il faut donc faire comprendre que le trouble est réel.
  • Avec un peu de chance, peut-être que votre collègue sera en mesure d'arrêter totalement de produire ces sons qui vous font sortir de vos gonds.

Obtenez du support en ligne

Suite à l'augmentation de la couverture médiatique de la misophonie au début des années 2000, de nombreux groupes de soutien en ligne ont vu le jour. Ces groupes, souvent présentés sous forme de forum, encouragent les personnes atteintes de misophonie à témoigner, à parler de leurs expériences et partager leurs trucs aux autres membres. Un misophone peut donc y trouver de nombreuses ressources afin de gérer les troubles de la misophonie dans son environnement de travail, mais également dans toutes les sphères de sa vie.

Quelques ressources intéressantes :

http://misophonie.fr/ : Regroupement sur la misophonie (articles, forum, ressources)

http://www.misophonia.com/Forum/ : Forum anglophone et groupe de soutien

http://misophonia-association.org/: The Misophonia Association

L'équipe Jobboom