La Calvette remporte la palme dans la catégorie Affaires

Concours Marchand de rêves

Guy Lacroix guy.lacroix@tc.tc Publié le 15 décembre 2015

Louis Lavoie, directeur général du Citoyen (à gauche), remet le chèque de 1000 $ à titre de finaliste provincial aux propriétaires de La Calvette, Dominic Goulet et Marie-Ève Coulombe.

©Photo TC Média - Guy Lacroix

Le commerce La Calvette de Landrienne a fait partie des six finalistes en lice dans tout le Québec pour gagner le prix de 25 000 $ dans le cadre du concours Marchand de rêves, organisé par TC Média et Le Citoyen de la Vallée-de-l’Or/Harricana. C’est toutefois le petit Charles-Alex Morin et sa famille, de la région de Trois-Rivières, qui ont remporté la finale.

Charles-Alex est un petit bonhomme de 7 ans qui a survécu à une dizaine d’AVC, en plus de souffrir d’une maladie rare. Sa famille avait déposé un projet de rénovation pour avoir une salle de bain adaptée à sa condition. En se classant parmi les six finalistes provinciaux, le commerce La Calvette de Landrienne a tout de même mis la main sur un prix de 1000 $.

Les propriétaires Marie-Ève Coulombe et Dominic Goulet ont mérité leur place en grande finale grâce à l’originalité de leur projet, qui est de refaire entièrement la devanture de leur magasin, à l’image de la décoration fort originale qui fait de l’intérieur un véritable magasin général d’époque.

Inscrite dans la catégorie Affaires, La Calvette avait remporté par tirage au sort un premier prix de 1000 $ lors de la sélection régionale, en novembre, prix que les lauréats avaient choisi de partager avec les autres finalistes régionaux.

Dominic Goulet a accepté le verdict provincial avec philosophie. «Nous sommes contents pour l’enfant. Il y avait des rêves qui touchent la vie et des humains et d’autres plus matériels comme le nôtre. Nous trouvons ça normal que la famille ait gagné. Ç’aurait été presque gênant que ce soit nous. Je n’aurais pas voulu être juge», a-t-il mentionné.

Le projet est maintenu

Même s’ils n’ont pas remporté le prix de 25 000 $, les propriétaires de La Calvette iront de l’avant avec leur projet, ayant déjà fait leur propre bois à même le petit moulin qu’ils possèdent. Les travaux devraient commencer au printemps, mais nécessiteront peut-être plus de temps. Une façade toute en bois avec un patio, une pergola, des fleurs à profusion et même une crèmerie pour la belle saison sont dans les plans.

Au nombre des autres finalistes qui étaient en lice pour le prix de 25 000 $, Catherine Beaudoin, une jeune maman devenue paraplégique et qui souhaitait aménager un espace extérieur pour recevoir ses proches, ainsi que Carolane Pelletier, atteinte d’ataxie cérébelleuse héréditaire, avec son projet de modification d’un véhicule pour pouvoir se déplacer.

Mentionnons aussi le projet de neuf étudiants du Cégep du Vieux-Montréal en technique d’éducation spécialisée, qui souhaitent faire vivre un voyage à quatre personnes à mobilité réduite, et la Société protectrice des animaux du littoral, qui doit construire un refuge d’accueil.

La Calvette est venue bien près, considérant que 8800 rêves au total ont été proposés par des gens de toutes les régions du Québec.

En manchette

La Calvette remporte la palme dans la catégorie Affaires

Concours Marchand de rêves

Guy Lacroix guy.lacroix@tc.tc Publié le 15 décembre 2015

Louis Lavoie, directeur général du Citoyen (à gauche), remet le chèque de 1000 $ à titre de finaliste provincial aux propriétaires de La Calvette, Dominic Goulet et Marie-Ève Coulombe.

©Photo TC Média - Guy Lacroix


Le commerce La Calvette de Landrienne a fait partie des six finalistes en lice dans tout le Québec pour gagner le prix de 25 000 $ dans le cadre du concours Marchand de rêves, organisé par TC Média et Le Citoyen de la Vallée-de-l’Or/Harricana. C’est toutefois le petit Charles-Alex Morin et sa famille, de la région de Trois-Rivières, qui ont remporté la finale.

Charles-Alex est un petit bonhomme de 7 ans qui a survécu à une dizaine d’AVC, en plus de souffrir d’une maladie rare. Sa famille avait déposé un projet de rénovation pour avoir une salle de bain adaptée à sa condition. En se classant parmi les six finalistes provinciaux, le commerce La Calvette de Landrienne a tout de même mis la main sur un prix de 1000 $.

Les propriétaires Marie-Ève Coulombe et Dominic Goulet ont mérité leur place en grande finale grâce à l’originalité de leur projet, qui est de refaire entièrement la devanture de leur magasin, à l’image de la décoration fort originale qui fait de l’intérieur un véritable magasin général d’époque.

Inscrite dans la catégorie Affaires, La Calvette avait remporté par tirage au sort un premier prix de 1000 $ lors de la sélection régionale, en novembre, prix que les lauréats avaient choisi de partager avec les autres finalistes régionaux.

Dominic Goulet a accepté le verdict provincial avec philosophie. «Nous sommes contents pour l’enfant. Il y avait des rêves qui touchent la vie et des humains et d’autres plus matériels comme le nôtre. Nous trouvons ça normal que la famille ait gagné. Ç’aurait été presque gênant que ce soit nous. Je n’aurais pas voulu être juge», a-t-il mentionné.

Le projet est maintenu

Même s’ils n’ont pas remporté le prix de 25 000 $, les propriétaires de La Calvette iront de l’avant avec leur projet, ayant déjà fait leur propre bois à même le petit moulin qu’ils possèdent. Les travaux devraient commencer au printemps, mais nécessiteront peut-être plus de temps. Une façade toute en bois avec un patio, une pergola, des fleurs à profusion et même une crèmerie pour la belle saison sont dans les plans.

Au nombre des autres finalistes qui étaient en lice pour le prix de 25 000 $, Catherine Beaudoin, une jeune maman devenue paraplégique et qui souhaitait aménager un espace extérieur pour recevoir ses proches, ainsi que Carolane Pelletier, atteinte d’ataxie cérébelleuse héréditaire, avec son projet de modification d’un véhicule pour pouvoir se déplacer.

Mentionnons aussi le projet de neuf étudiants du Cégep du Vieux-Montréal en technique d’éducation spécialisée, qui souhaitent faire vivre un voyage à quatre personnes à mobilité réduite, et la Société protectrice des animaux du littoral, qui doit construire un refuge d’accueil.

La Calvette est venue bien près, considérant que 8800 rêves au total ont été proposés par des gens de toutes les régions du Québec.