Michel Chrétien gagne sa cause contre le Dr Imad Aad

Le chirurgien s’était trompé d’organe

Patrick Rodrigue patrick.rodrigue@tc.tc
Publié le 17 novembre 2016

Une enquête du Syndic du Collège des médecins avait conclu que l’opération effectuée par le Dr Imad Aad n’avait pas été réalisée «selon les règles de l’art».

©TC Media - Archives

Près de trois ans après avoir entrepris une poursuite de plus de 1 M $ contre le Dr Imad Aad pour une chirurgie bâclée, Michel Chrétien et sa conjointe ont finalement eu gain de cause.

En décembre 2013, M. Chrétien avait entrepris une poursuite civile de 963 000 $ contre le chirurgien à la suite d’une opération qu’il avait subie, le 7 août 2011 au Centre hospitalier de Rouyn-Noranda (CHRN), pour une inflammation à la vésicule biliaire. Plus tard durant les procédures, le montant de la poursuite est passé à 1 364 000 $.

Quel organe, au juste?

Selon ce qui avait été rapporté dans la requête, l’inflammation était si aiguë qu’elle empêchait le Dr Aad de bien voir et disséquer la vésicule biliaire. Il aurait donc convenu de la retirer avec une partie des organes qui l’entouraient.

Moins de deux semaines plus tard, Michel Chrétien était retourné à l’urgence du CHRN pour des douleurs à l’abdomen. Un examen a révélé que la vésicule biliaire, qui aurait dû être retirée, était encore en place. Le lendemain, M. Chrétien a été transféré à Amos, où le Dr Charles Bossé lui a diagnostiqué une infection de plaie chirurgicale. Le médecin a précisé que la vésicule biliaire était intacte, sans la moindre brèche, et remplie de calculs, des petits cristaux. M. Chrétien a de nouveau été opéré – avec succès – le jour même par le Dr Bossé.

Par ailleurs, la requête ne précisait pas quelle partie d’organe avait été retirée par le Dr Imad Aad lors de l’opération du 7 août 2011.

Ne vous adressez pas tout de suite aux tribunaux. Soumettez plutôt une plainte au Collège des médecins et attendez Michel Chrétien

Pas selon les règles de l’art

Le dossier a par la suite été confié au Syndic du Collège des médecins, dont l’enquête a conclu que l’opération réalisée par le Dr Aad ne l’avait été «selon les règles de l’art». L’affaire n’a pas donné lieu à une sanction du Conseil de discipline du Collège des médecins, mais le chirurgien a dû suivre un stage de formation.

Les deux parties ont finalement réglé le dossier hors cour le 15 novembre 2016 en échange d’un montant dont le total n’a pas été dévoilé. «Je suis très content que ce soit enfin réglé, mais j’avoue qu’il faut être patient», a commenté Michel Chrétien.

Faire preuve de patience

Ce dernier en a profité pour lancer un message à tous ceux qui estiment avoir été victimes d’une erreur médicale. «Ne vous adressez pas tout de suite aux tribunaux. Soumettez plutôt une plainte au Collège des médecins et attendez. Celui-ci va mener une enquête. S’il statue qu’il y a bel et bien eu une erreur, peu importe que celle-ci soit suivie ou non d’une sanction, vous aurez des preuves solides sur lesquelles appuyer votre requête. Les démarches suivantes relèveront de la simple routine», a-t-il exposé.

Or, a-t-il mentionné, beaucoup de gens font l’erreur d’intenter une poursuite sans même savoir s’il y a réellement matière à cet effet. «C’est un gros défi que de se battre contre cette grosse machine. J’ai eu la chance d’être bien préparé. Si j’avais plus de temps, je pense que j’offrirais mes services comme conseiller en la matière», a lancé M. Chrétien avec un sourire dans la voix.