Les soins de fin de vie améliorés au centre hospitalier d’Amos

Guy Lacroix guy.lacroix@tc.tc
Publié le 24 novembre 2016

De gauche à droite, Dr Hélène Guay, Marie-Andrée Dubois et son conjoint, Gilles Caron de la Fondation hospitalière et Hélène Desjardins du CISSS.

©Photo TC Média - Guy Lacroix

Le centre hospitalier d’Amos dispose maintenant d’un salon des familles et d’une chambre de soins palliatifs. Il a en fait l’inauguration en soulignant l’apport de la famille du Dr Alain Dubois, décédé en 2014.

Situées au 6e étage du centre hospitalier, les deux pièces qui sont face à face ont été aménagées pour pouvoir offrir aux gens en fin de vie et leur famille, un endroit confortable, calme et intime. Un investissement d’un peu plus de 7000 $ a été nécessaire et il a été rendu possible par la Fondation hospitalière. «Ce sont principalement des dons reçus lors du décès du Dr Dubois», nous a précisé le porte-parole de l’organisme, François Dion.

L’inauguration officielle a été faite en présence de la fille et de la conjointe du disparu, Marie-Andrée Dubois et la Dre Hélène Guay. Cette dernière a eu de bons mots pour l’omnipraticien, dont la photo accompagnée d'une plaque sera installée dans le salon. «Alain avait une belle curiosité scientifique. Il était aussi un perfectionniste. Il a passé beaucoup d’heures ici au 6e étage et je suis contente qu’il y soit de retour. J’aime beaucoup la photo qui sera utilisée. Je vous remercie beaucoup.»

La directrice des services techniques et logistiques au Centre intégré de santé et de services sociaux, Hélène Desjardins, lui a aussi rendu hommage. «Le Dr Dubois était reconnu par tous pour son humanisme, une valeur que nous perpétuons en adaptant nos hôpitaux avec des lieux comme celui que nous inaugurons aujourd’hui. Tous ses patients soulignaient sa compassion et sa capacité de s’intéresser à l’humain au-delà du patient.»

Le Dr Dubois était aussi impliqué dans la communauté notamment par le biais des activités de ses enfants, dans le Relais pour la vie et à la municipalité de Saint-Marc-de-Figuery.

Un choix de plus

Les installations du centre hospitalier d’Amos s’ajoutent à celles du CHSLD Les Eskers et de la Maison du Bouleau Blanc pour les soins palliatifs en fin de vie.

«Cela permet de ne pas avoir à déménager des patients et d’offrir des soins de confort ici-même à l’hôpital. En bout de ligne c’est le médecin qui prend ces décisions et c’est selon les situations de chacun. Le salon et la chambre représentent un choix de plus pour la communauté», a fait valoir Hélène Desjardins.