Un Abitibien lance une brosse à dents biodégradable

Guy Lacroix guy.lacroix@tc.tc
Publié le 21 septembre 2016

Parti de son Abitibi natale il y a sept ans, Simon-Pier Ouellet (à gauche) est journaliste pour TVA à Gatineau. Environnementaliste convaincu, il s’est associé avec deux Gatinois, Jean-Philippe Bergeron et Vicky Jodry.

©Photo gracieuseté

Gatinois d’adoption mais originaire de La Corne en Abitibi, Simon-Pier Ouellet vient de lancer avec deux amis la boutique en ligne OLA Bamboo. Leur produit: des brosses à dents en bambou 100 % biodégradables.

L’utilisation de nos brosses représente un petit geste quotidien simple pour l’avenir de la planète Simon-Pier Ouellet

«Notre premier objectif est environnemental, de dire le jeune entrepreneur. Il y a pas moins de 4,9 milliards de brosses à dents en plastique, non dégradables, qui sont jetées à la poubelle chaque année dans le monde. Celles que nous proposons sont entièrement dégradables, même les poils faits de nylon», explique Simon-Pier Ouellet.

L’idée n’est pas neuve et a déjà fait son chemin ailleurs dans le monde. Les trois Gatinois ont décidé de la proposer pour le Canada. «Il y a des brosses semblables qui sont vendues sur le marché américain ou en Europe. Le problème pour ceux qui en voulaient, c’était les coûts de transport. Nous proposons une livraison sans frais avec tout achat de deux brosses ou plus», souligne M. Ouellet.

Un succès instantané

Mis en service le mercredi 14 septembre, le site de vente en ligne (olabamboo.com) a connu un succès très rapide avec plus de 1000 brosses à dents vendues dans la première semaine. Un succès inespéré qui risque de changer les jeunes plans des trois entrepreneurs.

«Depuis le début, nous avons déjà reçu beaucoup d’appels de la part de boutiques qui souhaitaient vendre nos produits. Nous allons peut-être regarder plus tôt que prévu le plan de commercialisation de nos brosses, que ce soit dans des boutiques ou encore des pharmacies», de dire Simon-Pier Ouellet.

Conçues au Canada, les brosses d’OLA Bamboo ont nécessité une licence de Santé Canada pour leur commercialisation. Leur production est assurée par une usine en Chine. Le délai de livraison est assez rapide assure M. Ouellet, qui fait toutefois remarquer que la gestion des stocks est complexe, surtout avec le succès instantané du produit.