Sections

Le Nord-du-Québec a passé ses messages


Publié le 19 avril 2017

M. Alain Poirier, maire de Lebel-sur-Quévillon, et Bernard Sévigny, président de l’UMQ.

©Photo gracieuseté

Les représentants des municipalités du Nord-du-Québec recevaient de la belle visite ce 19 avril. Ils ont pu s’entretenir avec le président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et lui faire part de leurs inquiétudes sur certains sujets.

Bernard Sévigny, qui est aussi maire de Sherbrooke, est de passage à Lebel-sur-Quévillon dans le cadre de sa tournée des régions. Un voyage qui était prévu il y a quelques mois, mais qui avait été annulé en raison de mauvaises conditions météorologiques. Le président a d’abord rencontré les médias et effectué une visite de l’usine Nexolia Bioénergie. En soirée, il participera à une réunion avec les élus municipaux de la région.

Plusieurs grands sujets seront abordés. «Parmi les grands enjeux figure le développement économique, a fait savoir Alain Poirier, maire de Lebel-sur-Quévillon et administrateur de l’UMQ pour le Nord-du-Québec. Il y a le secteur minier avec lequel les municipalités doivent travailler. Il y a plusieurs projets et on doit être prêts pour accueillir ces gens-là.»

L’UMQ impliquée dans le dossier du bois d’œuvre

«L’autre grand enjeu c’est la forêt, ajoute M. Poirier. Nous avons plusieurs inquiétudes pour nos trois grandes scieries (Résolu, Chantier Chibougamau et Barrette-Chapais), notamment avec la crise du bois d’œuvre. Si la taxe devient trop élevée, il y a des risques de fermeture. On doit voir comment on peut les accompagner à travers tout ça et l’Union des municipalités participe beaucoup à tous les débats touchant ce dossier.»

Des propos corroborés par le président de l’UMQ. «C’est un dossier très préoccupant pour nous. Et c’est pourquoi nous avons créé un comité forêt dans lequel les régions concernées sont présentes. Nous sommes très actifs dans le dossier et on le fait en collaboration avec les gouvernements du Québec et du Canada. Notre rôle est de mettre de la pression et d’accompagner tout le monde.»

Une visite qui tombe à point

Plusieurs autres sujets sont à l’ordre du jour, comme le projet de loi 122 de Québec qui vise à donner plus d’autonomie et de pouvoirs aux municipalités, en reconnaissant qu’elles sont des gouvernements  de proximité. «C’est une demande que nous avons faite, nous souhaitions obtenir cette autonomie. Mais en même temps, les moyens doivent suivre», souligne M. Poirier

La visite de l’UMQ dans le Nord-du-Québec arrive donc à point selon ce dernier. «La rencontre d’aujourd’hui permet à nos élus de pouvoir parler des défis auxquels ils font face et d’exprimer leurs inquiétudes sur bon nombre de sujets afin que l’Union transmette au gouvernement l’ensemble de ces préoccupations. L’UMQ est là pour représenter toutes les municipalités du Québec et pas seulement les grands centres. C’est pour ça qu’il y a eu création de différents caucus au sein de l’Union afin de mieux nous défendre.»

Relations avec Québec au beau fixe

Quant au président de l’UMQ, il estime que les relations de son organisme avec le gouvernement du Québec n’ont jamais été aussi bonnes. «On sent une ouverture qu’on n’a pas senti depuis quelques décennies. Dans les faits, depuis deux ans, on sent une reconnaissance des municipalités comme étant un vrai palier de gouvernement et on reçoit les outils. Ce n’est pas parfait, mais nous sentons enfin qu’on est au début de quelque chose qu’on attendait depuis longtemps», de conclure M. Sévigny.