Sections

Elle a failli perdre son poulain


Publié le 11 août 2017

©gracieuseté Sabrina Bernard

À la suite de la publication de notre reportage sur le web, une deuxième propriétaire de cheval s’est manifestée quant à la pénurie de vétérinaires équins dans la région. Elle a failli perdre son poulain de deux jours, alors qu’elle a dû le transporter dans les Laurentides.

Sabrina Bernard a retrouvé son poulain de deux jours à l’article de la mort, par terre au milieu de son champ le 29 juillet. «Je n’ai eu l’assistance de personne, sauf de Germain Nappert, qui a bien voulu me retrouver à mi-chemin, soit à Lac-Saguay, pour donner les premiers soins à mon poulain qui allait mourir», a-t-elle témoigné.

Le poulain a par la suite été transporté à l’hôpital vétérinaire de St-Hyacinthe, où il a reçu un diagnostic de pneumonie par aspiration de lait dans les poumons, suivie d’une septicémie et d’une défaillance immunitaire. «Mon poulain était condamné si je n’avais pas pris ma remorque et n’étais pas partie dans l’urgence...», a laissé tomber Mme Bernard.

Entre le 29 juillet et le 11 août, elle a investi 4000 $ dans les soins de son poulain, qui a été hospitalisé 14 jours parce qu’il n’a pas été vérifié par un vétérinaire dès le début. Et il sera au CHUV de St-Hyacinthe pour au moins deux semaines encore. «En gros, avoir un cheval en région est un guess financier ou la mort», a lancé l’amoureuse des chevaux.

Pétition

Par ailleurs, une pétition en ligne a été lancée afin de sensibiliser l'Ordre des médecins vétérinaires à la réalité des régions éloignées. Elle peut être consultée en cliquant ici.