Sections

«Il faut oser faire le petit pas de plus»

Simon Roy tente de déloger Jean-Maurice Matte à la mairie de Senneterre


Publié le 10 octobre 2017

Après huit ans au poste de conseiller municipal, Simon Roy espère devenir maire de Senneterre.

©Photo – Gracieuseté

Les élections municipales ne devraient pas manquer de piquant à Senneterre, où un jeune conseiller, Simon Roy, tente de déloger de la mairie un véritable monument, Jean-Maurice Matte, en poste depuis 15 ans.

«J’y pensais depuis plusieurs semaines et même plusieurs mois, a confié M. Roy, 31 ans. En jasant avec les gens, on réalise que Senneterre est passée à côté de belles opportunités depuis une trentaine d’années, que ce soit par malchance ou autre. Par exemple, nous avons perdu la base militaire, des commerces et le Festival forestier, a-t-il souligné.

«M. Matte a été super bon pour gérer une ville en état de crise, pour sauver les meubles, mais maintenant, il faut oser faire le petit pas de plus pour réaliser de nouveaux projets. Toute ma tête et tout mon cœur sont à Senneterre, tandis que lorsque quelqu’un est là depuis très longtemps, il peut avoir la tête à l’extérieur, comme la MRC ou même Washington», a raconté le candidat.

Mont Bell et Sport-études

Professeur à l’éducation des adultes et père de trois petites filles, Simon Roy est conseiller municipal depuis huit ans et il se sent maintenant prêt à s’asseoir dans le fauteuil de maire.

Parmi ses projets, il souhaite remettre en valeur le mont Bell et l’ancienne base de NORAD qu’on y retrouvait à l’époque de la Guerre froide. «On pourrait en faire un centre d’interprétation, a-t-il suggéré. J’en ai fait la proposition au conseil, mais personne n’a voulu prendre ça en charge.»

M. Roy projette aussi d’attirer un programme Sport-études à Senneterre s’il est élu maire, surtout si une piscine est aménagée à l’école secondaire La Concorde. «Si Malartic a des programmes Sport-études en golf et en baseball, pourquoi Senneterre ne pourrait-elle pas en avoir un en nage synchronisée, par exemple? Nous avons un excellent club ici», a-t-il fait valoir.

«On n’est plus à l’époque de Séraphin»

Côté économique, Simon Roy souhaite faire en sorte d’inciter d’autres commerces à adhérer au programme de revitalisation commerciale, lequel vise à embellir les façades des bâtisses du centre-ville de Senneterre.

L’aspirant maire voudrait d’autre part que les assemblées du conseil municipal soient diffusées sur le web. «Ce n’est pas tout le monde qui, le lundi soir à 20h, peut assister à ces séances. Il faut démocratiser ça; on n’est plus à l’époque de Séraphin, quand les réunions du conseil se passaient en cachette ou presque», a-t-il imagé.