Sections

Martin Ferron: «Un message de confiance et de continuité»


Publié le 11 octobre 2017

Le maire de Malartic, Martin Ferron.

©Photo TC Média – Archives

Martin Ferron n’aura pas à travailler tellement fort dans les prochaines semaines pour se faire réélire à la mairie de Malartic.

M. Ferron et ses six conseillers ont en effet tous été réélus sans opposition, le 6 octobre, au terme de la période de mise en candidature en vue des élections municipales du 5 novembre.

Voilà qui peut sembler étonnant dans une ville où il y a une certaine contestation, avec le Comité de citoyens de la zone sud qui a souvent critiqué le conseil municipal par rapport à son travail avec la mine Canadian Malartic.

Le maire Ferron, lui, n’a pas l’air si surpris de cette réélection par acclamation. «Oui et non, car on n’entendait parler de rien dans les dernières semaines, quoi que je m’attendais à ce qu’il y ait des élections dans certains quartiers, a-t-il reconnu.

«On le prend comme un message de confiance et de continuité. Nous sommes contents de la situation, on a un groupe homogène au conseil de ville», a ajouté M. Ferron, qui avait délogé le maire sortant André Vezeau aux élections de 2013.

Élément charnière

Être maire de Malartic, une petite ville d’environ 3300 âmes, n’est pas toujours de tout repos, notamment en raison de la controverse liée à Canadian Malartic, et Martin Ferron a d’ailleurs bien réfléchi à son affaire avant de solliciter un second mandat.

«Ce sont des défis plus que des problèmes auxquels nous faisons face, a-t-il affirmé. Je me suis posé la question, et le Guide de cohabitation a été un élément charnière dans ma décision, avec le taux d’adhésion de 96% où les gens ont signé d’eux-mêmes le document. Ça prouve que nous avons fait du bon travail, a mentionné M. Ferron.

«La situation financière de la Ville va bien et nous avons dégagé un bon surplus qui donne les marges de manœuvre pour réaliser certaines choses. Ça augure très bien pour les quatre prochaines années, a-t-il soutenu. La récente entente avec le CISSSAT (Centre intégré de santé et de services sociaux) pour la venue de nouveaux médecins est une autre bonne nouvelle pour Malartic. Les gens nous arrêtent dans la rue pour nous remercier, ce qui est très motivant.»

Plus de logements

Martin Ferron et la Ville de Malartic se préparent à annoncer leurs grandes orientations du mandat 2017-2021. Le maire n’a pas voulu vendre la mèche, si ce n’est que lui et son équipe ont dans leurs cartons quelques projets en lien avec la qualité de vie, la démographie et le développement économique.

«On ne s’assoit pas sur nos lauriers parce que nous avons été réélus, a-t-il signalé. La ville est en croissance et nous allons travailler avec des promoteurs au niveau locatif. On souhaite loger ici-même les gens qui travaillent à Malartic, ce qu’on ne peut pas faire actuellement en raison du manque de logements», a indiqué le maire Ferron, qui espère pouvoir inaugurer en décembre le nouveau Centre Michel-Brière, en rénovation au coût de 7 millions $.