Sections

Denis Chandonnet en quête d'un cinquième mandat à Amos


Publié le 5 octobre 2017

Denis Chandonnet avait la responsabilité des dossiers des finances et des ressources humaines au sein du conseil lors du mandat qu'il vient de terminer.

©TC Média - Archives

Conseiller sortant au siège #4, Denis Chandonnet sollicitera un cinquième mandat aux élections municipales du 5 novembre à Amos.

En poste depuis 2002, il n'a rencontré de l'opposition qu'une seule fois, en 2009, année où il avait défait Mario Brunet par seulement 25 voix. Il était le seul conseiller à avoir résisté au raz-de-marée de changement survenu cette année-là. Cette année, il aura vraisembablement de l'opposition, puisqu'en date du 5 octobre, Piere Deshaies convoitait aussi le siège #4.

S'il avait songé à se retirer aux élections de 2013, il avait finalement accepté de présenter sa candidature à la demande du maire Ulrick Chérubin, afin d'assurer une certaine continuité avec un seul autre conseiller qui défendait son siège. Il souhaite poursuivre son engagement.

«On a vu l'aboutissement de plusieurs projets mis sur pied par Ulrick au cours du dernier mandat. On n'a qu'à penser au complexe sportif, à l'aéroport et au Théâtre des Eskers. La passerelle est pratiquement prête. Et on a tendance à l'oublier, mais il y a aussi eu les Fêtes du 100e en 2014. Ce sont toutes de grandes réalisations et il en reste d'autres auxquelles je souhaite participer. J'ai du temps et j'aime ça», fait valoir l'homme de 71 ans, qui a siégé au CIPRACS (Comité d'information et de promotion pour la rénovation et l'agrandissement du complexe sportif).

Surveiller la dette

Parmi ces projets, le plus imposant est sans contredit celui de la réfection de la 1re Avenue, qui nécessitera un investissement majeur, dont plus de 6 M $ provenant de la Taxe sur l'essence et de la contribution du Québec (TECQ).

Le projet d'assainissement des eaux usées et du prolongement du réseau d'aqueduc aux riverains du lac Beauchamp lui tient particulièrement à cœur, Il prône aussi l'asphaltage des quelque 2,5 km restant sur le chemin Lemerise qui permettrait de réaliser des économies d'entretien en plus de boucler un réseau cyclable plus sécuritaire.

«Je veux aussi m'assurer qu'on garde un bon contrôle sur la dette, qui devrait atteindre 33,5 M $ au 31 décembre avec tous les investissements réalisés ces dernières années», fait valoir celui qui possède une longue expérience de gestion au sein d'Harricana Métal et Acier Leroux.