Salle comble pour le Colloque en ressources humaines

Thomas Deshaies thomas.deshaies@tc.tc
Publié le 17 novembre 2016

La 9e édition du Colloque en ressources humaines avait lieu le 17 novembre à Val-d'Or.

© Photo TC Média – Thomas Deshaies

Ce n'est pas moins de 330 personnes qui ont participé au Colloque en ressources humaines à Val-d'Or, jeudi. La thématique de cette 9e édition était «Comment faire fleurir les mauvaises herbes».

Une saine gestion des ressources humaines est primordiale pour les entreprises afin de faire face aux nombreux défis actuels et futurs du matché du travail Christine Duchesneau, directrice des centres locaux d'emploi de Val-d'Or et Senneterre

«Je suis très heureuse de voir qu'on a encore atteint notre record cette année», souligne Marilyne Lavoie, membre du Comité de gestion des ressources humaines de la Vallée-de-l'Or. Le mandat du comité qui organisait l'événement est de faciliter le réseautage entre les professionnels et les gestionnaires en ressources humaines, tout en atténuant le manque de compétence et de main-d’œuvre sur le territoire de la MRCVO.

«Il faut pouvoir découvrir les talents et les faire progresser. Bien souvent, quand on a une personne qui quitte, c'est un échec, parce qu'on n'a pas été suffisamment à l'écoute», a souligné Allen Mcfadden, l'un des participants au colloque.

Faire fleurir les mauvaises herbes

Un éventail important d'entreprises étaient représentés durant l'événement, notamment dans le secteur minier, forestier et du commerce de détail. «Comment prendre un employé qui a ses problématiques et l'amener à évoluer et à innover», résume Mme Lavoie pour expliquer la thématique.

En matinée, le directeur principal en gestion des talents chez Deloitte, Patrick Côté, a abordé l'évolution des pratiques émergentes dans la gestion immobilière et l'environnement de travail.

La conférencière Manon Perreault a ensuite traité de l'enjeu de la manipulation au travail. «C'est cette seconde partie qui nous intéressait. À savoir, comment gérer cette situation-là au niveau des employés», a expliqué Nathalie Jordan du Balthazar café, quelques minutes avant son entrée dans la salle de conférence de l'Hôtel Forestel.  Mme Jordan a insisté sur le fait qu'il était de la responsabilité des employés et des cadres de s'occuper de cette problématique. «Il en coûte 16,6 milliards $ en frais médicaux au Canada et 40 % des travailleurs subissent de l'intimidation», a-t-elle souligné. C'est le conférencier de renom Carol Allain qui a conclu la journée.