Plus de contrats, mais aussi plus de dépenses pour Forage Orbit Garant


Publié le 18 mai 2017

Au 31 mars 2017, Orbit Garant déclaré 29,9 M $ en produits de contrats de forage. Cela correspond à une augmentation de 6,5 % par rapport aux 28,1 M $ obtenus au 31 mars 2016. Le nombre de mètres forés est quant à lui demeuré relativement stable, soit 313 184 par rapport à 313 469.

©Ressources Falco

Même si Forage Orbit Garant continue de prendre de l’expansion, les prix plus bas pour les contrats canadiens, les frais liés au déplacement de ses appareils et la hausse des coûts de formation de ses employés continuent de miner sa rentabilité.

Pour le troisième trimestre de son année financière 2016-2017, qui s’est terminé le 31 mars, la société valdorienne a enregistré une perte nette de 2,2 M $. Il s’agit d’une légère amélioration par rapport à la perte nette de 2,6 M $ déclarée un an plus tôt.

«Notre rentabilité au cours du dernier trimestre continue de refléter des prix plus bas pour les contrats existants au Canada, tout comme une augmentation des coûts de formation des employés et de mobilisation de projets, alors que nous continuons d’augmenter nos activités afin de répondre à une demande accrue», a expliqué Éric Alexandre, PDG d’Orbit Garant.

Sur quatre continents

Celle qui est considérée comme l’une des plus importantes sociétés de forage du Canada, avec 221 appareils et plus de 1000 employés, effectue en effet des opérations de forage un peu partout au pays, mais aussi au Chili, au Guyana, au Kazakhstan, au Ghana et au Burkina Faso. «Cela démontre le grand progrès que nous avons accompli dans l’accroissement de notre présence sur le marché international», a fait observer M. Alexandre.

Orbit Garant a aussi récemment renouvelé et obtenu trois contrats de forage important au Nunavut. Les retombées sont évaluées à plus de 100 M $ en produits pour les cinq années à venir. «De plus, nous nous attendons à ce que le taux d’utilisation de nos foreuses de surface au Québec et en Ontario soit complet ou presque d’ici la fin de notre exercice financier», a mentionné Éric Alexandre.