Sections

Le comité recommande que la Ville gère ses véhicules


Publié le 19 avril 2017

Le comité de travail recommande à la Ville d'Amos de conserver sa flotte de véhicules au lieu d'en confier la gestion au CGER.

©TC Média - Martin Guindon

Le comité de travail formé par la Ville d'Amos pour analyser l'offre du CGER recommande notamment que celle-ci demeure propriétaire et gestionnaire exclusif de sa flotte de véhicules.

Le comité comptait huit membres, soit quatre délégués par la Chambre de commerce et d'industrie du Centre-Abitibi et autant de la Ville d'Amos, dont le maire Sébastien D'Astous. Il s'est réuni à cinq reprises et a fait connaître, le 18 avril, les fruits de son analyse.

Pour le comité, il est primordial que la Ville demeure propriétaire de ses équipements. «On a comparé avec la location, que ce soit avec le CGER (Centre de gestion des équipements roulants) ou une entreprise locale ou régionale, et ce qui coûte le moins cher, c'est d'être propriétaire des véhicules», affirme François Lemire, conseiller spécial et porte-parole des commerçants locaux.

Optimiser l'entretien

Tout ça, à condition d'en faire une saine gestion, ajoute-t-il. «C'est à la Ville de mettre en place un système de contrôle de gestion. Il faut conserver et améliorer le programme d'entretien préventif et embaucher un coordonnateur pour en assurer le suivi. Quand on compare les ratios avec ceux d'autres villes, on n'est pas dans le champ à Amos. Les équipes travaillent bien, mais c'est sûr qu'il y a des améliorations à apporter», soutient François Lemire.

Ce dernier a reconnu la qualité de l'offre du CGER, sauf pour le prix, et le travail réalisé par l'administration municipale dans ce dossier. Il a aussi confiance que l'exercice portera ses fruits, puisque la Ville était bien représentée au comité et a endossé le communiqué officiel.

Entre les mains du conseil

Le maire Sébastien D'Astous s'est pour sa part réjoui du travail accompli par le comité, saluant l'implication des gens autour de la table. «Nous leur avons présenté tous les documents avec beaucoup de transparence. Les deux parties ont réalisé un travail honnête et de bonne foi. Je suis d'ailleurs très satisfait de la collaboration et de l'implication des membres du comité», affirme-t-il.

Il s'est toutefois bien gardé de prendre position dans le dossier. Il n'a pas endossé ni rejeté les recommandations, qu'il doit maintenant présenter au conseil municipal, lequel approfondira son analyse avant de prendre une décision.

«On a préféré conserver notre impartialité. C'est maintenant au conseil de prendre la décision. Il nous reste des éléments de réponses à aller chercher, notamment au niveau du contrat potentiel avec le CGER. L'exercice avec le comité nous aura permis d'améliorer notre compréhension du dossier et de mieux connaître ce que les commerçants locaux peuvent nous offrir. On n'a pas d'échéancier précis, mais si on veut s'améliorer, il faudra prendre une décision tôt ou tard», fait valoir le maire D'Astous.

La Ville d'Amos, rappelons-le, étudie une offre de services du CGER pour la gestion de ses équipements roulants. Elle recherche ainsi une plus grande efficience. Les commerçants locaux ont toutefois exprimé de nombreuses craintes, notamment la perte de retombées économiques locales et des coûts plus élevés pour les contribuables.