Sections

Amos souhaite soustraire des territoires du jalonnement minier


Publié le 6 août 2017

Le site du Refuge Pageau fait partie des zones sensibles que la Ville d'Amos souhaite soustraire du jalonnement minier.

©TC Média - Martin Guindon

La Ville d'Amos souhaite suspendre temporairement le droit de jalonner dans quatre zones situées sur son territoire.

Le conseil municipal a adopté une résolution en ce sens, le 17 juillet. La Ville répond ainsi à une demande de la MRC Abitibi, qui souhaite inclure des territoires incompatibles à l'activité minière à son schéma d'aménagement et de développement, comme le permet dorénavant une nouvelle orientation gouvernementale.

«Dans le fond, c'est une démarche initiée par la MRC, qui nous a demandé d'identifier des zones sensibles. Nous en avons ciblé quatre, soit l'aire d'alimentation du puits, le Refuge Pageau, le périmètre urbain et une aire de 1000 mètres autour de celui-ci», explique le maire Sébastien D'Astous.

Pas automatique

Ces zones feront donc partie des territoires pour lesquels la MRC Abitibi demandera au ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles de suspendre temporairement le droit de jalonner. Si le Ministère donne son aval, il sera interdit pendant six mois, avec possibilité de renouvellement, de prospecter, jalonner ou conclure un bail d'exploitation de gravières ou sablières sur les territoires désignés.

«On ne veut surtout pas créer de fausses attentes dans la population. On ignore d'abord si le Ministère va accepter notre demande. Il se peut que ça soit refusé. Ensuite, les droits déjà octroyés sur ces zones vont demeurer tant que leurs propriétaires feront les travaux et les investissements nécessaires. Les claims actuels, et il y en a plusieurs, vont demeurer. Ça viendrait seulement empêcher d'en autoriser des nouveaux», précise le maire D'Astous.