73 ans de mariage pour deux pionniers de Rouyn-Noranda


Publié le 18 mars 2017

Bientôt centenaire, Toussaint Côté et son épouse, Annette Bolduc, qui le suit de près, continuent à mener une vie relativement autonome dans leur maison de Rouyn-Sud. Le couple a eu deux enfants, lesquels leur ont donné quatre petits-enfants et une arrière-petite-fille.

©TC Media - Patrick Rodrigue

Deux pionniers de Rouyn-Noranda ont récemment eu l’occasion de souligner un événement peu commun en célébrant leur 73e anniversaire de mariage.

Originaire de Weedon en Estrie, Toussaint Côté, 97 ans, a uni sa destinée le 17 mars 1944 à celle d’Annette Bolduc, née à Saint-Fabien-de-Panet, dans la MRC de Montmagny, près de Québec.

«Le secret de notre longévité ensemble, c’est d’avoir toujours tout pris un jour à la fois, a confié Mme Bolduc. Oh, bien sûr, on a eu en masse de chicanes. Mais quand l’un criait, l’autre ne disait rien et on finissait par oublier. Si les deux commencent à se chicaner, c’est sûr que ça ne peut pas marcher.»

«Ça rentrait par une oreille et ça sortait par l’autre, a enchaîné M. Côté en souriant. Quand Annette était vraiment fâchée, j’allais travailler dehors ou sur mon bateau.»

Coup de foudre auprès d’un défunt

Le couple s’est connu d’une manière réellement spéciale. M. Côté était alors en visite chez sa sœur à Noranda lorsque son frère Roger, qui travaillait dans une scierie de Virginiatown, du côté ontarien de la frontière, est décédé des suites d’un accident de travail. Comme c’était la coutume à l’époque, sa dépouille a été exposée à domicile, justement chez sa sœur.

Or, Mme Bolduc était employée dans la maison voisine. Comme elle connaissait la famille, elle s’est présentée pour offrir ses sympathies. «Quand j’ai vu Toussaint, ç’a été comme un coup de poing. Le coup de foudre des deux bords!», a-t-elle lancé en riant. «Annette a décidé de me suivre, a signalé M. Côté avec le sourire. Et on a décidé de rester à Noranda.»

Quand j’ai vu Toussaint, ç’a été comme un coup de poing. Le coup de foudre des deux bords! Annette Bolduc

La petite maison dans les bois

Parmi ses plus beaux souvenirs, le couple évoque sans contredit l’époque où il vivait aux abords du lac Kanasuta. C’est d’ailleurs à Toussaint Côté et Annette Bolduc qu’on doit la première pourvoirie dans ce secteur.

«C’était une petite maison qu’on avait rachetée d’une indienne avec les murs isolés avec des gazettes, a mentionné Mme Bolduc. Toussaint avait ensuite construit une autre maison. C’était le point d’attraction de toute la famille élargie. Chaque fin de semaine, on pouvait accueillir jusqu’à 50 personnes. On avait bien du fun, mais moi un peu moins, à cause des repas à préparer et de la vaisselle. Je ne sais d’ailleurs pas où je trouvais l’énergie.»

Aventures sur l’eau

À cette époque, l’épicerie la plus proche était située à une vingtaine de kilomètres, à Arntfield. L’hiver, le couple s’y rendait en skis. L’été, c’était en bateau. Là aussi, le couple considère avoir vécu parmi les meilleurs moments de son existence.

«On se rendait au train par les lacs, a raconté M. Côté. On travaillait aussi pour la Scierie Milway à Kanasuta, à qui on ramenait du stock dans un chaland qu’on tirait. Souvent, Annette pilotait le bateau, tandis que je me tenais dans le chaland. Par bouts, dans certains criques, il fallait serpenter pas mal.»

«Toussaint nous faisait souvent peur, a évoqué Mme Bolduc avec un sourire en coin. Une fois, je devais approcher le bateau pour qu’il amarre le chaland. Mais Toussaint voulait aller trop vite et bang!, le chaland était entré dans le bateau. Une autre fois, un feu s’était déclaré dans le chaland. Je n’ai jamais vu un gars venir me rejoindre aussi vite dans le bateau!»

Encore bien verts

Après avoir passé quelques mois à l’Accueil Notre-Dame-du-Sourire en raison d’une fatigue excessive et de la rudesse, le couple retournera dans quelques semaines dans sa maison de Rouyn-Sud, où il vit dans une relative autonomie, grâce au soutien d’une proche. «En 73 ans de vie commune, on peut dire que nous n’aurons jamais vécu en loyer», a indiqué Mme Bolduc.