Le Carnaval honore la mémoire de Germaine Perron


Publié le 12 mars 2017

Germaine Perron avec le bonhomme du Carnaval.

©gracieuseté

Le Carnaval de Landrienne a profité de sa 33e édition, le 4 mars, pour rendre un double hommage posthume à l'une de ses fondatrices, Germaine Perron.

Pour honorer cette grande bénévole qui nous a quittés le 16 septembre, l'organisation a institué un nouveau prix qui porte son nom et qui sera remis chaque année à un bénévole choisi par la communauté. De plus, Mme Perron est devenue la toute première récipiendaire du prix Germaine.

«Ils nous ont fait une belle surprise. On savait qu'ils allaient lui rendre hommage, mais on ne savait pas que ce serait comme ça. Disons qu'on a eu pas mal d'émotions dans la soirée», confie sa fille Carolle.

Germaine Perron avait 4 enfants, 5 petits-enfants et 4 arrières petits-enfants.

Bénévole infatigable

Le comité organisateur a présenté Germaine Perron et ses nombreuses implications dans la communauté, au sein d'une quinzaine d'organisations, par le biais d'un montage vidéo comportant plusieurs photos. Bénévole infatigable, la dame de 83 ans était toujours impliquée au moment de son décès, notamment auprès du comité des Fêtes du 100e de Landrienne.

«Elle a été bénévole jusqu'à la toute fin. Sa communauté était très importante pour elle. Elle s'impliquait dans tout, avait toujours des idées et écoutait les gens sans porter de jugement. Elle a vécu une vie de bénévolat et on a été élevés dans ça. Veut, veut pas, elle nous embarquait dans ses projets. Et nous sommes demeurés impliquées, ma sœur Linda et moi. Je me dis que j'ai été chanceuse de l'avoir eue comme mère», souligne Carolle Perron, qui a pris sa relève au sein du Carnaval.

Carnaval et Corps musical

Germaine Perron a fondé le Carnaval en 1980 avec d'autres dames de la paroisse, dont Anita Gagnon, Alice Rodrigue et Jeannine Auger. Il s'agissait d'une activité de financement pour le Corps musical Les Papillons de Landrienne qu'elle avait mis sur pied en 1979.

«Elle voulait amasser de l'argent pour faire des costumes, organiser des activités et acheter des instruments de musique pour le Corps musical. C'était une de ses grandes fiertés», fait valoir Carolle Perron.

Germaine Perron rêvait d'ailleurs d'organiser des retrouvailles du Corps musical pour le 100e de Landrienne en 2018. Sa fille entend bien réaliser son souhait.

Les filles de Germaine Perron: Josée, Linda et Carolle, ont reçu le prix Germaine des mains de Julie Auger et Martin Leblanc, du comité organisateur du Carnaval de Landrienne. Son fils Steve n'a pu être présent.

©gracieuseté - Diane Lefebvre Champagne