Sections

Amos inaugure sa piste cyclable asphaltée


Publié le 9 septembre 2017

Jean-Charles Perron, président de Vélo MRC Abitibi, et le maire Sébastien D'Astous ont procédé à la coupure du ruban en compagnie des entrepreneurs Réjean Blanchet et Jacques Bernier, de l'instigateur Raymond Hevey, de l'entrepreneur Daniel Brouillette et de Marc Gosselin, membre fondateur de Vélo MRC Abitibi.

©TC Média - Martin Guindon

Vélo MRC Abitibi et la Ville d'Amos ont inauguré le 9 septembre la piste cyclable asphaltée de 5,4 km séparant Amos de Trécesson.

La courte cérémonie s'est déroulée en présence d'une cinquantaine d'adeptes de vélo et d'autres formes de transport actif par un temps frais, mais radieux. Les participants de tous âges ont ensuite fait l'aller-retour sur la piste asphaltée plus tôt cet été par Construction Norascon.

«C'est un projet qui s'est concrétisé parce que des gens se sont mis à l'ouvrage et se sont impliqués. Il est aussi important de souligner qu'il s'est réalisé dans sa phase finale grâce à l'appui de la Ville d'Amos et du maire Sébastien D'Astous. Au cours des 18 derniers mois, ce dossier n'a pas traîné», a souligné Jean-Charles Perron, président de Vélo MRC Abitibi, organisme qui porte ce projet depuis sa création en 2006.

L'organisme souhaite maintenant améliorer la signalisation, proposer des projets pour maximiser son utilisation par les citoyens et rêve d'asphalter les 800 mètres du chemin du Cimetière-des-Ukrainiens qui séparent la piste du chemin Saint-Viateur.

Un projet de communauté

Le maire D'Astous s'est réjoui de voir autant de gens présents et a salué le travail de longue haleine des bénévoles dans ce projet. «Ce n'est pas partout que l'on voit une population s'impliquer ainsi dans des projets. Je veux vous remercier», a-t-il déclaré, insistant ensuite sur l'importance pour le conseil de faire d'Amos une ville où la pratique de l'activité physique est valorisée.

Il a aussi rappelé qu'il avait d'abord fallu contourner la butte pour rendre la piste plus accessible aux familles (ce qui a été effectué en 2014) et que la Ville souhaitait profiter d'une subvention. À cet effet, il a remercié Développement économique Canada, qui a octroyé la somme de 223 708 $ via le Programme d'infrastructure communautaire de Canada 150 pour couvrir la moitié des coûts du projet.

Une initiative de 1993

Vélo MRC Abitibi n'a pas manqué non plus de souligner le travail de pionnier réalisé par l'instigateur de cet audacieux projet en 1993, Raymond Hevey. C'est lui qui avait entamé des démarches auprès de la Ville, puis obtenu l'appui de nombreuses entreprises de la région pour aménager cette piste cyclable en pleine forêt.

«C'est d'abord la réussite de nombreux bénévoles. La première personne que j'étais allé voir après avoir rencontré la Ville, c'est Réjean Blanchet (Entrepreneurs Blanchet), qui se spécialisait dans les chemins forestiers. Son père Lucien (âgé de 73 ans à l'époque) a agi comme opérateur de machinerie pendant trois semaines. L'autre personne qui avait donné beaucoup d'heures sur le chantier, c'est le père de Daniel Brouillette, Adélard, qui a fait du camion pendant sept jours. Jacques Bernier est venu défricher la piste avec sa bûcheuse», a-t-il notamment souligné, évaluant à plus de 125 000 $ les coûts d'un tel projet à l'époque.

Raymond Hevey avait aussi organisé les trois premiers Cyclothons (devenu plus tard le Cyclo-Don de la Maison du Bouleau Blanc), qui avaient permis d'amasser 80 000 $ pour le projet. La piste n'avait jamais été asphaltée, mais elle avait été recouverte de criblure de pierre en 2014.