Sections

Une autre saison se termine pour la Sale ligue d’improvisation


Publié le 19 mai 2017

La dernière soirée d’improvisation de la SLI a eu lieu le 18 mai dernier.

©Photo gracieuseté Facebook - Photographie & Moi

C’est le jeudi 18 mai dernier qu’a eu lieu la dernière soirée d’improvisation de la Sale ligue d’improvisation (SLI) au Villa mon repos.

«C’est la première année qu’on fait nos soirées au Villa mon repos, a indiqué Mathieu Poirier de la SLI. On connaissait la salle grâce au Festival des langues sales, mais c’était la première fois qu’on y faisait nos soirées. On a essayé plusieurs choses tout au long de l’année et on promet que l’année prochaine on va revenir avec une meilleure logistique au niveau du son et de l’éclairage.»

L’apport de vétérans

Cette année, plusieurs vétérans d’autres ligues sont venus s’amuser avec les improvisateurs de La Sarre. «L’arrivée de Réjean Lavoie, Marjorie Gobeil et de Stéphane Gélinas a été un bel ajout à notre ligue, a affirmé Mathieu Poirier. L’ajout de ces vétérans nous aide à éduquer les joueurs les moins expérimentés afin qu’ils deviennent de meilleurs improvisateurs.»

L’apport de ces joueurs de haut calibre a une grande influence sur ceux de la SLI. «Ça donne un stress de plus de jouer avec eux alors les joueurs montent leur niveau de jeux», a indiqué M. Poirier.

Un public hors pair

«Même si tout le monde en région dit la même chose, c’est vraiment nous qui avons le meilleur publique, a lancé Mathieu Poirier. Ils rient aux bons moments, ils pleurent aux bons endroits. C’est très important pour nous parce que ça nous indique ce qui marche bien et ce qui marche moins.»

La foule était d’ailleurs au rendez-vous chaque semaine. La moyenne de spectateurs aux matchs variait entre 40 et 60 personnes.

Matchs spéciaux

Outre le match des étoiles, présenté dans le cadre du Festival des langues sales, la SLI a tenu la deuxième édition de l’impro olympique. «Pendant ce match, les joueurs sont habillés en athlètes et se spécialisent dans certaines catégories d’improvisation», a expliqué Mathieu Poirier. Les thèmes des improvisations étaient également reliés aux disciplines olympiques. «C’est un match où les joueurs ne se prennent pas au sérieux, ils essaient de s’inspirer d’un pays qu’ils représentent», a-t-il ajouté.

Les membres de la SLI ont également participé au Championnat régional d’improvisation en Abitibi-Témiscamingue (CRIAT). «C’est une belle occasion pour nos joueurs de rencontrer ceux des autres ligues et pour le public de connaître de nouveaux joueurs», a souligné M. Poirier.