Sections

Deux personnes blessées chaque jour sur les routes de la région


Publié le 7 septembre 2017

Le dernier accident grave répertorié sur les routes de l’Abitibi-Témiscamingue est survenu le 14 août 2017 à Rivière-Héva. Deux personnes avaient alors perdu la vie, tandis qu’une troisième avait subi d’importantes blessures.

©TC Media - Thomas Deshaies

Plus de 700 personnes ont été blessées en 2016 lors d’accidents de la route en Abitibi-Témiscamingue. Cela représente une moyenne d’environ deux personnes par jour.

C’est ce que révèle un portrait statistique élaboré par l’Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue à partir des données de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ). On y apprend également que l’an dernier, 522 accidents avec dommages corporels sont survenus sur les routes de la région, parmi lesquels 9 collisions mortelles.

Beaucoup d’alcool, mais moins de décès

En ce qui concerne les causes des accidents, les données les plus récentes couvrent une période de cinq ans allant de 2008 à 2013.

L’Abitibi-Témiscamingue se démarque particulièrement de l’ensemble du Québec en matière d’infractions liées à l’alcool en se classant au deuxième rang, avec un taux de 263 infractions par 100 000 titulaires de permis de conduire. Seul le Nord-du-Québec la dépasse, avec un taux vertigineux de 1672/100 000. Au Québec, le taux en 2013 était de 157/100 000.

Par contre, il semblerait que l’alcool soit un peu moins souvent en cause dans les décès dus à la route par rapport à l’ensemble du Québec. Ainsi, de 2008 à 2012, 29 % des 41 conducteurs décédés sur les routes de la région présentaient un taux d’alcool dans le sang dépassant la limite permise. Pour la moyenne québécoise, cette proportion atteignait 37 % des conducteurs décédés.

Plus du quart des accidents dus à la vitesse

Au chapitre de la vitesse, 27 % des accidents routiers répertoriés dans la région en 2012 étaient imputables à cette cause. Pour l’ensemble du Québec, on parlait plutôt d’un taux de 19 %. Selon la SAAQ, il y existerait cependant une corrélation entre la faible densité d’une région et l’importance de sa proportion d’accidents avec dommages corporels dus à la vitesse.

Sur une note plus encourageante, c’est en Abitibi-Témiscamingue qu’on retrouve le plus faible taux d’infractions pour excès de vitesse dans une zone de travaux. De plus, le taux d’infractions pour excès de vitesse en général était légèrement inférieur à la moyenne québécoise, soit 11 615/100 000 contre 11 875/100 000.

Pas de cellulaire au volant

Enfin, les Témiscabitibiens semblent beaucoup moins enclins à utiliser un cellulaire au volant que le reste des Québécois. En 2011, un taux de 278 infractions pour 100 000 titulaires de permis de conduire avait été répertorié, soit presque quatre fois moins que la moyenne québécoise, qui était de 1102/100 000.