Barthélémy Ateme-Nguema coupable de voies de fait sur un enfant


Publié le 13 avril 2017

Barthélémy Ateme-Nguema a choisi de se représenter seul. Il a été déclaré coupable de voies de fait sur une personne mineure.

©TC Media - Thierry de Noncourt

Barthélémy Ateme-Nguema, un professeur de l’UQAT installé à Rouyn-Noranda depuis 2008, a été reconnu coupable dans deux dossiers de voies de fait sur une personne mineure. Il aurait frappé et poussé un enfant à deux reprises, en 2008 et en 2013.

La victime, qui est protégée par une ordonnance de non-publication, aurait d’abord reçu un coup de poing alors qu’elle était âgée de moins de 10 ans. Elle n’avait pas porté plainte à ce moment.

Puis, cinq ans plus tard, la victime aurait été poussée dans les escaliers avant d’être ruée de coups de pieds et de poings. Finalement, dans les mêmes dates, elle aurait reçu une taloche donnée avec le pied de l’accusé, alors qu’elle était assise par terre.

Le juge Claude P. Bigué a rendu sa décision le 13 avril, deux jours après avoir entendu les témoignages de la victime, d’une enquêteur et de l’accusé, qui se représentait seul. Le juge n’a pas cru la version de l’accusé, affirmant qu’il n’a jamais vraiment nié les faits.

Sentence suspendue

M. Ateme-Nguema a donc été reconnu coupable des deux chefs d’accusation qui pesaient contre lui. La Couronne a suggéré au juge une sentence suspendue assortie d’une probation de deux ans. La procureure Mélissa Plante a également proposé une donation de 1500 $ à Alternative pour elles, une maison d’hébergement pour les femmes et les filles victimes de violence familiale.

Comme l’accusé n’avait pas d’avocat, la défense n’a pas fait de suggestion, mais ne s’est pas objectée à la peine proposée par la Couronne. Le juge Bigué a accepté la suggestion de Me Plante, condamnant ainsi M. Ateme-Nguema à être suivi par un agent de probation pendant deux ans et à ne pas entrer en contact avec la victime ou se rendre à son domicile. Il lui est également interdit de posséder une arme pour une période de trois ans.

Pas en moyens?

L’accusé a fait une demande bien particulière au juge Bigué. En effet, il a affirmé ne pas avoir les moyens de payer son don de 1500  $ à moins que le juge ne lui laisse 10 ans pour le verser.

Or, Barthélémy Ateme-Nguema est professeur titulaire à l’Unité d’enseignement et de recherche en sciences de la gestion à l’UQAT. Au moment du dépôt des accusations, il était directeur de module pour le même département, en plus d’être le professeur responsable de la maîtrise en gestion de projet, responsabilités qu’il n’occupe plus désormais.

«Monsieur, j’ai des gens qui viennent ici pour des capacités affaiblies, qui sont sur l’aide sociale et qui paient une amende de 1000 $ en un an», a fait valoir le juge Bigué. Il a donc rejeté la demande de l’accusé, l’ordonnant de faire son don en 18 mois, lui suggérant de s’estimer chanceux.