Sections

Une bagarre à Malartic lui attire 24 mois de probation


Publié le 12 septembre 2017

Jonathan Genest-Ferron quelques jours après la bagarre.

©Photo TC Média – Archives/Dominic Chamberland

Accusé d’agression armée et d’avoir causé des lésions lors d’une altercation corsée à Malartic en 2015, Jonathan Genest-Ferron écope d’une sentence suspendue assortie d’une probation surveillée de 24 mois.

L’événement est survenu en décembre 2015 sur la rue Royale, près d’un bar de Malartic. Genest s’en allait voir une fille dont il était amoureux, mais une amie de celle-ci l’a viré de bord, lui disant qu’elle était occupée avec un autre homme.

Frustré, Genest s’est rendu jusqu’à une voiture pour la frapper à coups de pieds. Donald Junior Kudjick, qui passait par là, a voulu s’en mêler.  La bagarre a débuté. Les deux se sont finalement séparés pour aller chercher chacun une arme, un couteau dans le cas de Genest et une barre de fer pour Kudjick.

Ce dernier a été poignardé et a eu un poumon perforé.

Accusations modifiées

Au départ accusé de voies de fait graves, de voies de fait armées, de menace de mort ou de lésions corporelles ainsi que de possession d’une faible quantité de cannabis,  Genest-Ferron a plaidé coupable à deux accusations modifiées, au Palais de justice de Val-d’Or, le 8 septembre.

Il est donc coupable d’agression armée et d’avoir infligé des lésions corporelles au plaignant, aussi accusé dans cette affaire. Kudjick brille toutefois par son absence et demeure introuvable.

Autres conditions

En plus de la probation, Jonathan Genest-Ferron devra réaliser 240 heures de travaux communautaires et faire un don de 2500 $ à la maison des jeunes Refuge jeunesse de Malartic dans un délai de 15 mois.

Il ne peut pas communiquer avec la victime, et son ADN sera prélevé.   

Le père de Genest avait aussi été déclaré coupable dans ce dossier.