Sections

Detour Gold coupable de négligence criminelle ayant entraîné la mort

Denis Millette avait été empoisonné au cyanure


Publié le 5 septembre 2017

Le décès de Denis Millette était survenu le 3 juin 2015. Les accusations criminelles avaient été déposées contre Detour Gold le 21 avril 2016, à la suite des conclusions de l’autopsie. Les procédures judiciaires avaient débuté le 10 mai 2016. Le 31 mai 2016, le ministère ontarien du Travail avait ensuite déposé 15 accusations supplémentaires en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité du travail. L’histoire a pris fin les 30 et 31 août 2017, avec l’enregistrement d’un plaidoyer de culpabilité et l’imposition de la sentence.

©Detour Gold

Accusée de négligence criminelle ayant entraîné la mort d’un travailleur sur le site de la mine Detour Lake, il y a plus de deux ans, Detour Gold a plaidé coupable au chef qui pesait sur elle depuis le 21 avril 2016.

Lors d’audiences qui se sont déroulées les 30 et 31 août au Palais de justice de Cochrane, la société, qui emploie plusieurs abitibiens sur le site de sa mine située à quelques kilomètres de la frontière entre le Québec et l’Ontario, a admis sa responsabilité pour le décès de Denis Millette, survenu le 3 juin 2015.

Empoisonnement au cyanure

Résidant à Matheson, le mécanicien de chantier âgé de 52 ans était décédé des suites d’un malaise après avoir été conduit d’urgence à l’infirmerie de la mine. Il s’affairait alors à réparer une pièce d’un réacteur de lixiviation.

L’autopsie effectuée sur le corps de M. Millette avait permis de conclure, en avril 2016, que son décès avait été causé par un empoisonnement aigu au cyanure de sodium, un produit utilisé dans l’industrie minière pour séparer l’or du minerai. La substance avait pénétré dans le corps de la victime par sa peau. Une valve défectueuse sur le réacteur de lixiviation avait été mise en cause.

L’enquête policière avait aussi révélé que l’antidote qui aurait pu sauver la vie du mécanicien n’avait pas été rangée dans un endroit facilement accessible dans le secteur où celui-ci travaillait. Le tout avait conduit au dépôt contre Detour Gold, le 21 avril 2016, d’accusations de négligence criminelle ayant entraîné la mort.

Amende de 1,4 M $

Detour Gold devra acquitter une amende de 1,4 M $, en plus d’une suramende compensatoire de 30 %. La Cour de justice de l’Ontario a aussi condamné la société minière à verser à la famille de Denis Millette l’équivalent du salaire qu’il aurait gagné jusqu’à sa retraite.

«Nous réitérons notre tristesse pour la douleur que ce drame a causé à la famille de M. Millette. Aucun décès en milieu de travail n’est acceptable, et nous nous engageons à poursuivre nos efforts pour travailler sans relâche envers notre engagement de fournir un environnement de travail sans risque de blessures», a commenté le PDG de Detour Gold, Paul Martin, par voie de communiqué.

Retrait des autres accusations

Le plaidoyer de culpabilité enregistré par Detour Gold a aussi entraîné le retrait des 15 autres accusations qui pesaient contre la société minière, celles-là en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité du travail.

Le 31 mai 2016, le ministère ontarien du Travail avait notamment reproché à Detour Gold de ne pas avoir maintenu en bon état les équipements de la mine, de ne pas s’être assurée que Denis Millette portait les équipements de protection requis, de ne pas avoir gardé l’antidote à l’empoisonnement au cyanure de sodium dans un endroit facilement accessible et de ne pas s’être assurée que le personnel médical de la mine, ses premiers répondants et ses superviseurs avaient reçu une formation adéquate pour identifier et traiter les cas d’empoisonnement au cyanure de sodium.