Sections

Des squatteurs se retrouvent sans abri à Normétal


Publié le 14 mai 2018

Les forts vents du 13 mai dernier ont propagé les flames rapidement.

©Photo La Frontière/Le Citoyen – Marc-André Gemme

Les habitants d’un quadruplex dont une famille avec deux enfants qui squattaient un immeuble abandonné de Normétal se sont retrouvés sans abri après un incendie qui a ravagé plusieurs édifices. L’incendie aura mis une quinzaine de personnes à la rue.

Les pompiers de Normétal ont reçu l’appel initial le dimanche 13 mai vers 14h pour un feu de bâtiment sur la rue Commerciale. «Quand on est arrivés sur les lieux, on avait un embrasement, mais le feu n'était pas généralisé, alors on a commencé à l’éteindre, a expliqué la chef des pompiers de Normétal, Doris Nolet. Cependant, avec les vents forts, l’incendie s’est propagé à plusieurs bâtiments avoisinants.»

L’équipe de pompiers a dû faire appel aux brigades de Dupuy, La Sarre et Sainte-Hélène-de-Mancebourg pour venir à bout de l’incendie.

Des squatteurs perdent tout

L’immeuble où l’incendie a pris naissance était abandonné, mais habité par des squatteurs. «Le bâtiment n’appartenait plus à personne parce que le propriétaire a fait faillite, donc les gens y habitaient toujours, mais ne payaient plus de loyer», a indiqué la chef des pompiers de Normétal, Doris Nolet.

Trois des quatre logements étaient habités par des adultes, le quatrième par un couple avec de jeunes enfants. Personne n’a été blessé dans cette tragédie. Selon Mme Nolet, ces personnes n’étaient pas assurées. Elles perdent donc tout ce qu’elles avaient.

Feu de laveuse

Selon la chef des pompiers, l’incendie aurait pris naissance dans la cour arrière de l’immeuble abandonné. Ce ne sont toutefois pas les squatteurs qui seraient à l’origine de l’incendie.

«Des jeunes dans la vingtaine qui habitaient à proximité avaient décidé de faire un party en après-midi, mais leur fête n’a pas duré longtemps, a expliqué Doris Nolet. Ils ont allumé un feu dans un fond de laveuse, puis ils sont rentrés dans un appartement pour une raison quelconque. Quand ils sont ressortis, le feu avait pris dans le foin et, notamment à cause des vents forts, il s’est rapidement propagé au bâtiment et au garage.»

Derrière le bâtiment se trouvait une maison unifamiliale dans laquelle vivaient quatre personnes, soit deux adultes et deux enfants. Un ancien dépanneur inhabité a également été rasé, tandis qu’un immeuble à deux étages, qui hébergeait une famille, a été lourdement endommagé.

En tout, une quinzaine de personnes ont été affectées. Elles ont toutes été relocalisées temporairement par la Croix-Rouge ou chez des proches.