Sections

La Sarre: des conseillers prennent la défense de leur maire


Publié le 6 décembre 2017

Le maire Yves Dubé semble avoir le respect et la confiance de tous ses conseillers, à peine un mois après son élection.

©Photo TC Media - Marc-André Gemme

Les conseillers municipaux de la Ville de La Sarre ont défendu leur maire après qu’un citoyen ait soulevé le manque de disponibilité d’Yves Dubé, maire à temps partiel.

«Vous en avez parlé à la dernière réunion, vous en avez parlé dans les journaux de la nouvelle façon de diriger du maire maintenant. C’est de s’appuyer sur l’administration, les directeurs et les conseillers, à lancé Jean-Baptiste Fournier, citoyen de La Sarre, directement au maire Yves Dubé. Ça vous permet d’avoir une disponibilité réduite, dans le sens que vous n’êtes disponible qu’un après-midi par semaine pour les citoyens et je doute qu’il y ait beaucoup de gens le matin, entre 6h et 8h, ou le soir après les heures de travail qui vont vous contacter pour vous parler de leurs problèmes.»

M. Fournier explique que l’ancien maire, Normand Houde, était disponible en tout temps, à son bureau de l’hôtel de ville. «Est-ce qu’on devrait regarder pour réviser votre salaire à la baisse?», a demandé M. Fournier.

En sa défense, le maire a rappelé qu’il était bel et bien disponible pour ses citoyens, qu’il représenterait la Ville aux événements importants. «Je le répète, ce n’est pas au maire de gérer les banques de vacances, les problèmes de calvettes ou de vidanges, a expliqué Yves Dubé. Présentement, on a des directeurs pour les travaux publics, les finances, l’urbanisme, les loisirs, les incendies et une directrice générale qui rendent des comptes au conseil et au maire. On a deux tables de travail par semaine les lundis et mardis.»

Les conseillers prennent sa défense

À la suite de la réponse du maire, M. Fournier a relancé le débat. «La question se pose quand même, vous n’avez pas la même disponibilité que l’ancien maire, a-t-il affirmé. On retombe dans ce qu’on avait il y a 14 ans et je trouve ça regrettable pour une Ville de retourner en arrière comme ça.»

C’est à ce moment que les conseillers ont décidé de prendre position dans le débat. «Il faut séparer le politique de l’administratif, a indiqué le conseiller Steve Fontaine. Malheureusement, ce n’est pas ce qui se passait avec l’ancien maire, peut-être qu’il était disponible, mais il s’occupait de choses qui sortaient de son mandat.»

Il a rappelé que le plus important, c’est la qualité du travail fait par les élus, et non la quantité. Malheureusement, cette réponse n’a pas semblé calmer les ardeurs du citoyen. C’est le conseiller Richard Mailloux qui a su donner une réponse qui lui convenait.

«Vous dites qu’on recule de 14 ans, mais il faut le voir autrement, a-t-il lancé. Il faut se demander si l’on évolue en travaillant différemment. Laissez-nous le temps et voyez ce qu’on pourra accomplir dans la prochaine année, rendu-là, on pourra tirer des conclusions sur notre nouvelle approche.»

Louis Côté a également ajouté son grain de sel au débat. «Vous savez qu’on n’est pas ici pour le salaire, on est ici pour les citoyens de La Sarre, a-t-il affirmé. Depuis qu’il est en poste, j’ai vu les efforts qu’il met dans la politique de la Ville et je pense que les choses vont avancer beaucoup plus rapidement qu’on pourrait le penser. Nos politiciens sont maintenant là pour prendre des décisions sur les projets que nos directeurs leur soumettent et avoir la bonne information pour qu’on puisse répondre à nos citoyens sur tous les dossiers en cours.»

À la suite de ces interventions, Jean-Baptiste Fournier a indiqué que malgré ses questions, il avait entièrement confiance aux capacités du nouveau maire.

Salaire à temps partiel

Bien que l’ancien maire passait plus de 40 heures par semaine au bureau, il n’a jamais eu le salaire d’un maire à temps plein. Le poste de maire de La Sarre est un poste à temps partiel, ce qui reste le cas dans la situation de M. Dubé. Le salaire du maire se situe autour de 25 000 $ par année.