Sections

Val-d'Or, une ville conjuguée au féminin


Publié le 6 décembre 2017

Aux élections municipales de 2017, six des huit conseillers municipaux élus sont des femmes.

©Photo gracieuseté

POLITIQUE. La scène politique a bien changé en 2017. De nos jours, les femmes occupent de plus en plus de postes importants dans l'administration des municipalités au Québec. À ce chapitre, la Ville de Val-d'Or se démarque pleinement.

À l'Hôtel de Ville, les deux étages composés des services administratifs sont dominés en présence féminine. On pense notamment aux postes de directrice générale, directrice des ressources humaines, trésorière, greffière, greffière adjointe, directrice du service culturel, agente de communications, greffière à la cour municipale et inspectrice municipale. Qui plus est, aux élections municipales de 2017, six des huit conseillers municipaux élus sont des femmes.

«La société a beaucoup évolué, affirme le maire Pierre Corbeil. Cependant, les femmes occupent déjà des postes importants en politique depuis un certain moment, sauf qu'on en entend moins parler s'il s'agit d'une petite ville. Lorsque j'étais dentiste, je travaillais avec beaucoup de femmes. J'ai été avec elles, et ce, dans tous les domaines que j'ai touchés dans ma vie. Ça amène une belle diversité et des points de vue différents.»

Pour sa part, la directrice générale de la Ville de Val-d'Or, Sophie Gareau, croit que l'évolution des droits entre les sexes a grandement aidé cet avancement.

«Maintenant, les employeurs sont très conciliants vis-à-vis le rapport travail-famille, explique Mme Gareau, elle-même mère de famille. Je crois que ça amène entre autres les femmes à vouloir et à pouvoir s'impliquer. Ayant des enfants, je suis bien placée pour savoir que si mon emploi ne me permettait pas de concilier les deux, je n'arriverais pas à fonctionner.»

Si l'écart de traitement entre les femmes et les hommes diminue de plus en plus, Pierre Corbeil et Sophie Gareau s'accordent pour dire que l'éducation reçue dès l'enfance jouera un rôle important sur le parcours d'une personne.

«Je viens d'une famille où j'ai vu ma mère autant que mon père réussir et avoir une carrière, confie Mme Gareau. C'est une question de valeurs. Chez moi, il n'a jamais été question que je sois incapable de faire quelque chose parce que je suis une femme.»

Pierre Corbeil, maire de Val-d'Or.
TC Media - Sophie Rouillard

Le maire de Val-d'Or, père de famille et grand-père, est du même avis. «Les parents jouent un rôle très important là-dedans, croit-il. Au-delà de ça, il y a tout l'environnement autour de l'enfant. À l'école, si un jeune voit une femme qui est directrice, par exemple, ça lui montre que c'est possible et ça peut donner des ambitions.»

Somme toute, l'égalité des hommes et des femmes n'est pas un combat terminé. Avec l'élection de plusieurs mairesses cette année à la tête de plusieurs grandes villes, telles que Montréal, Saguenay ou encore Rouyn-Noranda, Sophie Gareau tient à soutenir une valeur qui lui est chère.

«Pour moi, que ce soit un conseil de ville seulement composé d'hommes ou de femmes, ça m'est égal. L'important, ce sont les capacités de chaque individu. Élire une personne seulement parce que c’est une femme, ce n'est pas le genre de féminisme que j'appuie», conclut Sophie Gareau.