Sections

La MRC d’Abitibi-Ouest fustige le ministère des Transports

Elle dénonce ce qu’elle qualifie de pseudo consultation sur la voirie locale


Publié le 9 février 2018

La MRC d’Abitibi-Ouest se dit très déçue de ne pas avoir été invitée à une consultation publique organisée par le ministère des Transports sur le problème de l’entretien des chemins municipaux de la région.

©Photo La Frontière/Le Citoyen – Archives

La directrice générale de la MRC d’Abitibi-Ouest, Nicole Breton, n’a pas mâché ses mots pour dénoncer une consultation publique sur la voirie municipale organisée par le ministère des Transports. Seule la MRC de la Vallée-de-l’Or y avait été convoquée.

Récemment, les municipalités d’Abitibi-Ouest ont reçu une lettre de la Fédération québécoise des municipalités leur proposant de l’aide pour débattre des dossiers concernant la voirie municipale.

«Nous avons alors appris que le 16 janvier, il y a eu une consultation à Val-d’Or sur la gestion de la voirie locale, a expliqué Mme Breton. À part la MRC de la Vallée-de-l’Or, personne d’autre n’y avait été invité, ni notre MRC, ni celles d’Abitibi, de Rouyn-Noranda ou du Témiscamingue.»

Depuis plusieurs années, les municipalités veulent être entendues au niveau du financement accordé par le Ministère pour la voirie locale. «Les gens du Ministère ont finalement ont organisé une consultation, mais le train est passé», a lancé la directrice générale.

Même pas d’invitation

«J’ai demandé à l’attaché politique du ministre des Transports, André Fortin, si j’en avais échappé une parce que je n’ai pas vu passer l’invitation. Je me suis fait répondre qu’on n’avait pas été invités», a indiqué le directeur général adjoint de la MRC d’Abitibi-Ouest, Patrice Vachon.

«On nous a dit qu’on avait le droit de passer nos commentaires par écrit et qu’ils seront considérés», a-t-il ajouté.

Les explications

Avant d’amorcer les consultations, le ministre des Transports avait spécifié qu’une seule aurait lieu pour les régions administratives contenant cinq MRC ou moins. «Le ministre Fortin a expliqué qu’il allait consulter 25 territoires de MRC au Québec au sujet de la voirie locale, a indiqué M. Vachon, lors du Conseil des maires de janvier. Les paramètres qui ont été retenus pour choisir ces MRC étaient le kilométrage de voirie locale, la population de chacune d’elles ainsi que la superficie terrestre du territoire.»

C’est sur ce troisième critère que le Ministère a établi son choix de la MRC de la Vallée-de-l’Or, malgré le fait que ce soit celle qui compte le moins de kilomètres de chemins à entretenir parmi les cinq de la région. «Rappelons qu’il s’agit d’une consultation sur la gestion de la voirie locale. La superficie terrestre est donc très importante», a souligné Nicole Breton avec beaucoup de sarcasme.

Au niveau de la voirie locale, la MRC de la Vallée-de-l’Or ne compte que pour 10 % de l’ensemble, soit 253 km de chemins locaux. La MRC d’Abitibi-Ouest en compte 25 %, soit 610 km, tandis qu’on en retrouve 725 km dans celle d’Abitibi, soit 29 %.

«À elles seules, les MRC d’Abitibi-Ouest et d’Abitibi comprennent plus de la moitié des chemins couverts par une voirie locale, mais c’est le territoire de François Gendron. Alors en période électorale, il ne faut pas aller là», a ironisé Mme Breton, soutenant que la MRC souhaitait dénoncer ce qu’elle qualifie de pseudo consultation menée par le ministère des Transports.