Sections

Les élus de Trécesson baissent leurs salaires de 20 %


Publié le 9 février 2018

La mairesse Chantal Poliquin entourée des six membres de son Équipe du Tonnerre qui forment le conseil municipal de Trécesson.

©tirée de Facebook

MUNICIPAL. Tel qu'ils l'avaient promis en campagne électorale l'automne dernier, les élus de Trécesson ont réduit leur rémunération de 20 %.

Ils ont adopté à l'unanimité le nouveau règlement portant sur le traitement des élus, lors de la séance du conseil municipal du 6 février.

L'argent économisé doit servir à des projets citoyens. Pas question de mettre ça dans l'Hôtel de Ville

Chantal Poliquin

Ainsi, le salaire de la mairesse Chantal Poliquin a été fixé cette année à 8133,89 $ et son allocation de dépenses non imposable à 4066,95 $. Pour leur part, les six conseillers recevront un salaire de 2711,33 $ et une allocation non imposable de 1355,67 $. Pour les années suivantes, le règlement prévoit une indexation selon l'indice des prix à la consommation au 30 septembre.

«C'est la seule grande promesse dans laquelle nous nous étions vraiment mouillés et nous sommes très fiers de la réaliser. On s'était comparés avec les autres secteurs, et bien que Trécesson ait une grande population (1223 habitants au recensement de 2016) et un grand territoire, on trouvait que ce serait suffisant comme salaire», explique Mme Poliquin, qui s'est fait élire avec l'ensemble des membres de son Équipe du Tonnerre en novembre.

Comme en témoigne cette photo prise l'été dernier, les bandes de la patinoire de La Ferme ont besoin de beaucoup d'amour.
L'Écho abitibien/Le Citoyen - Martin Guindon

Réinvestir dans la communauté

Cette réduction de 20 % permettra à la municipalité de réaliser une économie de 9151,16 $ cette année. Cette somme a été provisionnée afin de la consacrer comme mise de fond à un projet de réfection des deux patinoires.

«L'argent doit servir aux citoyens. Ce projet est une volonté des citoyens et du conseil. Il s'inscrit dans notre volonté de dynamiser le milieu et d'offrir de l'animation pour les jeunes», précise Mme Poliquin.

Actuellement, il ne reste qu'une patinoire à Trécesson, celle du chemin Joseph-Langlois à La Ferme, dont les infrastructures sont vieillissantes. On y retrouve des bandes et une cabane. Celle de Villemontel, derrière l'église, est fermée depuis quelques années et n'a plus qu'une cabane. Trécesson dévoilera éventuellement ses projets.

«C'est sûr qu'on veut faire l'un des deux patinoires cette année. Il nous faut maintenant aller chercher les subventions disponibles pour réaliser le projet», indique Chantal Poliquin.

Présence obligatoire

Le règlement adopté le 6 février rend aussi obligatoire la présence aux séances du conseil. On souhaite ainsi favoriser l'implication des conseillers dans leurs dossiers respectifs.

«Si on n'est pas présent, on n'est pas payé. J'ai été élue conseillère à une partielle en 2014 et je trouvais aberrant que des conseillers s'absentent plusieurs fois dans une année et reçoivent quand même leur rémunération», affirme la nouvelle mairesse de Trécesson.