«Quatre ans de pur bonheur à revivre l'inoubliable»

Martin Guindon martin.guindon@tc.tc
Publié le 15 août 2015

Marie-Ève Guindon dans son rôle d'Albertine «Bartine» Chalifoux.

©gracieuseté - Marie-Ève Guindon

Les artisans du circuit théâtral historique «Amos vous raconte son histoire» ne sont pas prêts d'oublier leur expérience. Surtout ceux qui y ont travaillé pendant quatre ans.

:«Quand on m'a demandé de faire partie de la troupe, j'ai longuement réfléchi. Je n'avais pratiquement jamais fait de théâtre et ce n'était pas dans mes projets. J'ai finalement accepté le défi pour apprendre l'interprétation et l'ajouter à mon c.v., mais j'étais loin de me douter de ce que m'apporterait l'aventure, ni que je la vivrais jusqu'au bout», raconte Vanessa Chandonnet, qui a interprété le rôle de l'épouse du Dr André Bigué, premier médecin et pharmacien de l'Abitibi.

Voyez aussi:

Amos s'est raconté à plus de 7000 personnes

«Amos vous raconte» confirme des vocations théâtrales

Évidemment, à se côtoyer pendant quatre étés et à partager une expérience unique, on tisse des liens, des amitiés se créent. «Rapidement, nous sommes devenus une vraie famille. Une belle occasion de côtoyer d'autres générations et même, pour certains, de rencontrer la descendance de leur personnage. Moi, j'ai littéralement adopté les Bigué!, fait-elle valoir.

«Amos vous raconte son histoire, c'est quatre ans de pur bonheur à revivre l'inoubliable, poursuit-elle. Et même si c'est la fin du circuit tel qu'on l'a connu, c'est également le début de quelque chose. Nos pionniers étaient des géants inspirants et mes collègues artistes, de grands inspirés. Tellement qu'ils m'ont donné envie d'écrire. À mon tour, de les raconter.»

Mesdames Mmes André Bigué (Vanessa Chandonnet) et Hector Authier (Ariane Pageau)
gracieuseté - Micha Chopard

Un personnage sur mesure

Bien qu'elle ait fait de l'impro, où elle a connu Bruno Turcotte des Productions du Raccourci, Marie-Ève «MEG» Guindon en était aussi à ses premières expériences de scène professionnelle avec le circuit théâtral historique. Elle a donné vie aux traits d'Albertine Chalifoux, Bartine pour les intimes, épouse d'Ernest Turcotte et l'une des pionnières d'Amos. Un personnage fait sur mesure pour elle.

«Je l'aime beaucoup, Bartine. Elle est proche de moi. Elle est sympathique et bonne vivante. Le rire, je l'ai ajouté, je l'ai inventé pour le rôle. Et aujourd'hui, il me colle à la peau. Bruno et Véro (Filion, auteure) m'ont laissé une belle latitude avec le personnage. J'ai eu droit à une belle confiance de leur part», estime-t-elle.

Expérience profitable

Cette expérience lui a permis d'obtenir une visibilité dans une discipline autre que le dessin, pour lequel elle est surtout connue.

«Ce fut une expérience très profitable pour moi. J'avais un monologue et j'interagissais avec le public. Il n'y avait pas de quatrième mur dans le circuit. J'ai aussi pu reprendre le personnage lors d'événements. En quatre ans, le texte s'est aussi amélioré et enrichi. Mon monologue s'est allongé dans les deux dernières années. J'étais tout de suite après Monsieur le Capitaine, qui était très intéressant, alors ça me poussait à chaque représentation», se souvient Marie-Ève Guindon.

Cette dernière remontera sur scène cet hiver pour improviser. «Mais j'espère beaucoup refaire du théâtre. J'ai vraiment aimé l'expérience», confie-t-elle.