Sections

Une 2e vie pour le Chien de garde de Sophie Dupuis


Publié le 12 juin 2018

Sophie Dupuis a tourné le film Chien de garde en 2016.

©Photo gracieuseté - Bravo Charlie/ Babas Photography

Après avoir obtenu un succès critique et populaire et raflé trois prix Iris au Gala Québec Cinéma, le film Chien de garde de Sophie Dupuis amorce une 2e vie avec sa sortie en DVD au Québec, ce mardi 12 juin. 

Le premier long-métrage de la réalisatrice valdorienne, sorti en salle en mars dernier, aura ainsi la chance de trouver un nouveau public. Chien de garde aura quand même généré plus de 100 000 $ au box-office lors de sa vie en salle au Québec, des chiffres qui satisfont pleinement Sophie Dupuis.

«Honnêtement, pour un 1er long-métrage réalisé au coût de 1,5 million $, c'est excellent, affirme-t-elle. On a travaillé très fort pour la promotion et ça a donné des résultats. On n'a peut-être pas encore décroché de gros festivals, mais l'engouement du public au Québec est vraiment satisfaisant. On a trouvé notre public ici et c'était vraiment une priorité pour moi.»

En Europe

Autre bonne nouvelle pour Sophie Dupuis: son producteur a pu trouver deux distributeurs qui permettront au film Chien de garde d'être vu dans une quarantaine de salles en France et en Belgique cet automne.

«C'est énorme pour un film québécois qui n'a pas été vu dans les festivals», se réjouit la Valdorienne. Enfin, Chien de garde pourra aussi être vu dans une dizaine de plates-formes de vidéo sur demande. Toutefois, la réalisatrice ignore quand ces ententes seront en vigueur.

Tape dans le dos

Appelée à commenter les honneurs remportés au gala Québec Cinéma, Sophie Dupuis y voit un bel encouragement. Rappelons que Maude Guérin (Interprète féminine) et Théodore Pellerin (Révélation) ont été honorés, ainsi que Dominique Fortin pour le montage. Chien de garde était en nomination dans six autres catégories, dont meilleur film, meilleure réalisation et meilleur scénario.

«Je ne m'attendais vraiment pas à autant de récompenses. C'est tout un honneur d'avoir été retenu dans autant de catégories par le jury. C'est pour moi une belle tape dans le dos, un message de reconnaissance et une invitation à continuer», explique-t-elle.

Demande de financement

Par ailleurs, Sophie envisage toujours de venir tourner son prochain long-métrage à Val-d'Or en 2019. Toutefois, son projet intitulé «Souterrain», qui se passe dans l'univers des mines, n'a pas encore obtenu le financement des institutions.

«Nous avons reçu une première réponse en mai, mais il est vraiment dur d'être retenu à son premier dépôt. On va redéposer en août et le projet de tournage en 2019 est toujours sur la table», conclut-elle.