Sections

Un «magma de clips métalliques» dans le ventre

Nouvelle poursuite déposée contre le Dr Bechara Baz


Publié le 13 novembre 2017

La poursuite intentée par Louise Journeault est la troisième à laquelle le Dr Bechara Baz doit faire face depuis le début de la décennie. Une des deux plaintes s’était réglée hors cour, tandis que l’autre n’avait pas connu de suite.

©TC Media - Archives

Le Dr Bechara Baz fait de nouveau face à une poursuite civile pour dommages et intérêts à la suite d’une chirurgie prétendument bâclée. Et à nouveau, l’organe concerné serait la vésicule biliaire.

Le 5 octobre, Louise Journeault a déposé une poursuite contre le chirurgien du Centre hospitalier de Rouyn-Noranda lui réclamant 180 000 $ en dommages et intérêts pour douleurs, stress, préjudice esthétique et perte de jouissance de la vie pour des complications survenues à la suite d’une opération réalisée en juin 2015.

D’une hospitalisation à l’autre

Selon le libellé de la poursuite, l’histoire a débuté le 14 avril 2015. La plaignante avait alors consulté le Dr Baz pour des douleurs au haut du ventre qui irradiaient jusque dans le dos. Le 28 avril 2015, une échographie a révélé la présence d’un calcul au foie d’environ trois centimètres qui semblait partiellement enclavé dans le col de la vésicule biliaire.

Mme Journeault a été opérée le 12 juin 2015. Le Dr Bechara Baz lui a alors retiré la vésicule biliaire. Or, pendant l’intervention, le chirurgien aurait fait une incision dans le foie. Il a donc indiqué à la plaignante qu’elle devrait se rendre à Montréal pour y subir des traitements spécialisés.

Le lendemain, alors que Louise Journeault se plaint de douleurs à l’abdomen, le Dr Baz conclut que cette dernière souffre probablement d’un traumatisme au canal biliaire qui relie le foie au pancréas. Du 15 au 17 juin, la plaignante est hospitalisée à Montréal où, après plusieurs tests et examens, on lui planifie une chirurgie dans deux mois.

Durant l’été, Mme Journeault doit se faire poser un drain. Elle retournera à Montréal à deux reprises pour des complications, puis une troisième fois, le 20 août 2015, pour y subir une opération au foie. Lors de l’intervention, le chirurgien responsable notre, entre autres, «la présence d’un magma de clips métalliques sur la voie biliaire principale de même que la résection (retrait chirurgical) d’un segment de la voie biliaire».

Pas dans les règles de l’art

Selon la plainte déposée par Louise Journeault, le Dr Bechara Baz n’aurait pas pratiqué la chirurgie du 12 juin 2015 dans les règles de l’art. Il en aurait résulté un traumatisme au niveau du canal biliaire.

Il ne se serait pas non plus comporté en médecin prudent en ne prenant pas les moyens raisonnables afin de reconnaître la complication survenue lors de la chirurgie. Comme il ne l’a pas traitée en temps opportun, le tout aurait causé un retard dans le diagnostic et, par conséquent, un délai dans le traitement du traumatisme.

La plainte mentionne par ailleurs que Mme Journeault devra désormais faire l’objet d’un suivi médical régulier. De plus, malgré les soins et les traitements qu’elle a reçus, elle présenterait encore de la douleur et des inconforts, en plus de conserver une incapacité partielle permanente et d’avoir vu sa qualité de vie diminuer.

Trois poursuites en six ans

Il s’agit de la troisième poursuite à laquelle le Dr Bechara Baz fait face depuis le début de la décennie. Ainsi, en septembre 2011, Jacques Gélinas et sa famille avaient intenté un recours de 380 000 $ contre lui et la Dre Sophie St-Marseille pour des complications liées à une intervention pour une infection de la vésicule biliaire. Le tout s’était finalement réglé hors cour, le 15 mai 2014.

Par la suite, en mars 2012, France Brassard avait réclamé au Dr Baz 115 800 $ pour des complications survenues à la suite d’une ablation de la vésicule biliaire. Le 14 août 2014, Mme Brassard avait cependant retiré sa plainte.