Sections

Accusée d'avoir incendié le resto concurrent en 2003


Publié le 29 novembre 2017

©Photo - Archives

Il faudra patienter encore un peu avant d’assister au procès de Marie-Lyne Plourde, accusée d’avoir comploté avec Stéphane Plourde pour allumer un incendie criminel qui a détruit le restaurant L’Étoile du Nord de Louvicourt, en mai 2003.

Marie-Lyne Plourde, 60 ans, devait subir son procès mercredi au palais de justice de Val-d’Or, mais son avocat, Me Pascal Jolicoeur, a obtenu un report du dossier de la juge Denise Descôteaux, de la Cour du Québec, afin de permettre à l’accusée de suivre une évaluation psychologique, question de déterminer si elle est apte ou non à subir un procès.

«Madame (Plourde) a un historique de dépression. Parfois ça va, parfois ça ne va pas. Et présentement, ça ne va pas très bien. Pour assurer une défense pleine et entière, une évaluation serait nécessaire», a invoqué Me Jolicoeur devant le tribunal.

Le procureur de la Couronne dans ce dossier, Me Nicolas Bigué, ne s’est pas objecté à la requête et c’est un peu à contrecoeur que la juge Descôteaux a acquiescé à la demande de la défense, malgré les délais qui se prolongent.

La cause a donc été reportée au 15 janvier prochain, date où l’on devrait en principe savoir si Marie-Lyne Plourde sera apte à subir son procès.

«Pas encore!»

Venue de Montréal pour témoigner au procès, Solange Bédard-Martin, qui était la propriétaire du restaurant incendié, a très mal accueilli ce report. «Pas encore!», a lâché la dame de 85 ans dans la salle de cour quand la juge Descôteaux l’a informée qu’elle allait être convoquée à une nouvelle date de procès.

«Ce sont les aléas (de la justice), a rétorqué la juge. Pour des raisons sérieuses, nous devons remettre le procès et on ne peut pas en fixer la date maintenant», a-t-elle expliqué.

«Ça fait 14 ans que ça dure, ce n’est pas juste ce qui se passe, ce n’est pas logique, c’est écoeurant!, a aussitôt renchéri Mme Bédard-Martin. Je pensais pouvoir retourner chez moi l’âme en paix à la fin de la journée, mais si ça continue, cette histoire va me suivre jusqu’à ma mort», a-t-elle ajouté.

Pour éliminer la compétition?

À l’époque de l’incendie qui a emporté le restaurant L’Étoile du Nord, Marie-Lyne Plourde était propriétaire du restaurant L’Orée des Bois de Louvicourt. Ce n’est qu’en 2013, soit 10 ans plus tard, que de nouveaux éléments d’enquête ont mené à son arrestation. Et ce n’est, là encore, qu’en 2016 qu’est tombée l’accusation d’avoir comploté pour incendier son concurrent afin d’éliminer la compétition.