Sections

Un accusé d’agression sexuelle fait faux bond au tribunal


Publié le 1 décembre 2017

©Photo - Archives

Un jeune homme de Val-d’Or accusé d’agression sexuelle a fait faux bond à son enquête préliminaire, mercredi matin, pour aussitôt voir un mandat d’arrestation être émis contre lui.

Maxime Daigneault, 26 ans, devait subir son enquête préliminaire au palais de justice de Val-d’Or, mais il ne s’est jamais présenté en dépit des démarches de son avocate, Me Mylène Grondin, pour le retracer au cours de l’avant-midi de mercredi.

Devant l’absence de l’accusé pour cette importante étape des procédures judiciaires, la juge Denise Descôteaux, de la Cour du Québec, a émis un mandat d’arrestation de type non visé à l’endroit de Daigneault.

«Cela signifie qu’une fois qu’il sera arrêté, l’accusé va demeurer détenu jusqu’à ce qu’il comparaisse devant un juge», a indiqué le procureur de la Couronne dans ce dossier, Me Nicolas Bigué.

Lors de cette comparution, une nouvelle date devrait être fixée pour la tenue de l’enquête préliminaire, étape qui sert à présenter la preuve au tribunal afin de déterminer s’il y a matière à procès ou non. «Je vais faire tout en mon pouvoir pour que mon client se présente», a mentionné Me Grondin à la cour.

Deux chefs d’accusation

Maxime Daigneault fait face à deux chefs d’accusation à l’endroit d’une même présumée victime, soit d’attouchement sexuel sur une enfant de moins de 16 ans et d’agression sexuelle, pour des faits qui seraient survenus en mai 2016.