Sections

Gaudreault-Morin: meurtre, homicide involontaire ou agression armée?


Publié le 5 avril 2018

Quel sort attend Patrice Gaudreault-Morin?

©Photo - Archives

Le sort de Patrice Gaudreault-Morin se retrouve maintenant entre les mains du jury de huit hommes et de quatre femmes à son procès pour meurtre.

Le juge Carl Thibault, de la Cour supérieure, a fourni ses directives finales aux jurés, jeudi au palais de justice de Val-d’Or, avant que ceux-ci ne soient séquestrés pour délibérer et décider du sort de Gaudreault-Morin, 35 ans, accusé d’avoir causé la mort de Sébastien Goudreau en décembre 2015.

Dans ses longues et détaillées directives, le juge Thibault a présenté au jury les quatre verdicts possibles : meurtre au premier degré (avec préméditation), meurtre au deuxième degré (sans préméditation), homicide involontaire coupable ou agression armée.

L’acquittement pur et simple n’est pas une possibilité dans cette affaire, puisque l’accusé a lui-même admis, lors de son témoignage, avoir commis un acte illégal en battant la victime (notamment avec un coup de poing américain au visage), le fameux soir du 23 décembre 2015 dans une résidence de la rue Dupuis à Val-d’Or.

«Pour rendre votre décision, veuillez tenir compte de l’ensemble de la preuve, soit les admissions, les témoignages et les pièces à conviction, en plus d’évaluer la crédibilité des témoins, a mentionné le juge Thibault en s’adressant au jury.

«Votre verdict devra être basé sur votre compréhension de la preuve. Servez-vous de votre gros bon sens et de votre expérience, tout en gardant l’esprit ouvert lors de vos délibérations», a-t-il ajouté en rappelant aux 12 jurés qu’ils doivent être unanimes sur un verdict.

Complétant sa cinquième semaine, le procès Gaudreault-Morin aura vu défiler une vingtaine de témoins pour la Couronne et un seul témoin pour la défense, soit l’accusé lui-même.