Sections

La fin d'un chapitre pour Pierre Dupuis et les Intrépides


Publié le 15 mai 2018

Pierre Dupuis a été intronisé au Temple de la Renommée des Intrépides le 7 mai dernier.

©archives

Entraîneur pour l'équipe féminine benjamine de basketball des Intrépides de la polyvalente Le Carrefour, Pierre Dupuis tourne maintenant la page à l'équipe qu'il a chérie pendant 12 ans et à des joueuses qu'il considérait comme ses propres enfants.

Intronisé au Temple de la renommée des Intrépides le 7 mai, le responsable du programme sportif voit cet honneur comme l'aboutissement d'une carrière remplie de souvenirs.

«J'ai vraiment été touché par l'hommage que j'ai reçu. Mes amis étaient sur la scène tandis que mes proches étaient assis dans la salle. Quand j'ai terminé mon dernier match, les joueuses et les parents m'ont donné un cadeau. Des fois, je trouve que c'est plus grand que nature», a avoué Pierre Dupuis.

Au-delà du jeu

Si le goût de la victoire réjouissait Pierre Dupuis, ce dernier se faisait un devoir de faire jouer tout le monde sans exception. Même si le règlement obligeait les équipes benjamines à utiliser toutes ses joueuses au moins deux fois, le pilote des Intrépides n'hésitait pas à donner plus de présence que le minimum requis.

«La meilleure valeur que je pouvais inculquer était de croire en des jeunes actifs. Faire réchauffer le banc n'aide pas du tout à développer le talent de quelqu'un. Qui sait quand tu as besoin de lui dans un moment important», a fait savoir le nouveau intronisé.

L'influence de Pierre Dupuis auprès de ses joueuses traverse même les cadres sportifs. Comme il n'a pas passé toute sa vie dans le basket, celui-ci accordait une grande importance au côté humain qui venait avec ses fonctions.

«Quand ça faisait un an ou deux que je côtoyais les mêmes élèves, j'étais capable de déceler quelque chose quand ça n'allait pas bien. À chaque année, ça arrivait qu'un problème non sportif touchait une de mes athlètes et je me faisais un devoir de garder ma porte ouverte pour elles», a avoué l'entraîneur.

Une période d'adaptation

À quelques mois de la retraite, Pierre Dupuis avoue que la transition ne sera pas facile. Même s'il ne sera plus avec les Intrépides, ce dernier compte toujours donner de son temps dans d'autres organismes.

«Je vais vraiment m'ennuyer des gens avec qui j'ai tissé des liens au cours des années. Je pars peut-être pour la retraite  cet hiver, mais je ne serais même pas surpris que la piqûre me pogne quand viendra le mois de septembre. Il va me falloir au moins deux à trois mois pour tourner la page», a conclu M. Dupuis.