Sections

De vraies finales nordiques


Publié le 15 octobre 2017

Les finales de la Ligue de football du Nord ont été disputées sous une température hivernale. Froid, vent, pluie et neige n’ont cependant pas empêché les équipes d’en mettre plein la vue.

«Ce sont des conditions qui égalisent les choses. Par exemple, le ballon est plus glissant, il y a des échappées. C’est ce qui rend les choses intéressantes. Ça fait en sorte que les matchs peuvent aller d’un bord ou de l’autre», a fait savoir le responsable du volet rouynorandien Laurent Barry.

C’est vraiment une fierté de pouvoir compter sur des filles dans nos équipes. Ce sont des pionnières

Laurent Barry

Ainsi, dans une finale toute rouynorandienne dans le bantam, les Raiders ont remporté un deuxième titre consécutif en battant leurs grands rivaux, les 49ers, par la marque de 22 à 6.

Dans l’atome, les Broncos de Rouyn-Noranda l’ont emporté 52 à 12 contre les Falcons de Lac-Simon.

De leur côté, les Steelers de Val-d’Or ont empêché les Vikings de Rouyn-Noranda de connaître une saison parfaite en les surprenant. Ils l’ont emporté 42 à 18.

Des pionnières

Fait nouveau cette année, une dizaine de filles ont pratiqué le football dans les équipes rouynorandiennes. «C’est vraiment une fierté de pouvoir compter sur elles. Ce sont des pionnières», a souligné Laurent Barry.

«Je lève mon chapeau à toutes nos filles pour ce qu’elles ont accompli cette année», a-t-il ajouté.

Pour le responsable, les filles sont en mesure de jouer. «Au niveau atome et pee-wee, pour les filles, c’est très faisable. Il y en a qui même qui sont une coche de plus que les gars des fois. Au niveau bantam, ça commence être plus difficile, mais c’est faisable. Par exemple, Émilie Lemelin, dans le bantam, a tenu son bout contre les gars cette année», a-t-il expliqué.

Un bilan positif

La saison n’est toutefois pas encore terminée pour les joueurs rouynorandiens. «Les gars vont s’entraîner trois fois par semaine jusqu’au 3 novembre en vue d’un match contre Ste-Anne-des-Plaines, une équipe de football à 8», a mentionné Laurent Barry.

Ainsi, ce match se veut un test pour voir si le bassin rouynorandien peut tenir son bout face à de plus grandes régions.

Le responsable du football à Rouyn-Noranda voit aussi l’avenir d’un bon œil. «On a augmenté notre nombre de joueurs. On a presque atteint la centaine de joueurs. «On va commencer à discuter avec les écoles pour regarder la possibilité d’un sport-étude. En plus, il y a la possibilité qu’on ait un terrain qui soit réservé pour nous dans l’avenir.»