Sections

Le Boréal U21 AAA entame ses inscriptions


Publié le 19 novembre 2017

L’équipe de soccer U21 AAA du club de soccer Boréal de Rouyn-Noranda entame une période d’inscriptions afin de voir si les joueurs de la région sont toujours intéressés à évoluer au sein de la Ligue de soccer élite du Québec.

©La Frontière/Jean-François Vachon

L’équipe U21 du Boréal de Rouyn-Noranda, qui évoluait au sein de la Ligue de soccer élite du Québec, amorce une période d’inscriptions qui se terminera à la fin novembre.

«On a jusqu’au 1er décembre pour décider si nous continuons l’aventure dans le AAA», a précisé l’entraîneur Jacques Hamelin, qui souhaite voir si les joueurs de la région sont intéressés à continuer l’aventure.

On n’est pas loin du niveau provincial. Ce n’est pas si inatteignable. On peut être compétitif

Jacques Hamelin

La majorité des joueurs de la dernière édition semblent intéressés. «18 joueurs peuvent revenir avec nous. Quand on les a rencontrés, il y a trois semaines, personne n’a dit non. On veut attirer autant les joueurs d’Amos, de Val-d’Or que du Témiscamingue. On veut avoir une bonne banque de candidats si on se lance encore dans l’aventure», a-t-il fait valoir.

Le club espère attirer une trentaine de joueurs lors de cette période d’inscriptions.

Des améliorations demandées

La première saison au sein de la Ligue de soccer élite du Québec a permis à l’organisation de demander quelques correctifs à la Fédération de soccer du Québec.

«On a des joueurs qui étudient à l’extérieur de la région. On a demandé à jouer nos matchs à l’extérieur en début et en fin de saison. C’est plus facile pour eux, en avril, en mai ainsi que de la fin août à septembre, de participer aux matchs», a-t-il souligné.

Le fait de disputer deux matchs en 24 heures contre deux équipes différentes est aussi un point à corriger, selon l’entraîneur. «On aimerait jouer deux fois contre la même équipe, question qu’on ne soit pas désavantagé.»

Pour les jeunes

Le calibre AAA a aussi permis à Karl Arsenault de décrocher un poste avec l’équipe de soccer du Rouge et Or de l’Université Laval. «Ce calibre, c’est la plateforme idéale pour les jeunes qui veulent continuer de jouer à un haut niveau. Je me rappelle de notre match à Val-d’Or, où de nombreuses équipes de soccer étaient venues voir notre match. Ce niveau, ça peut être un incitatif pour les jeunes à jouer et à continuer de jouer au soccer», a fait valoir Jacques Hamelin.

Ce dernier croit aussi que l’Abitibi-Témiscamingue peut tenir son bout au plus haut niveau. «On n’est pas loin du niveau provincial. Ce n’est pas si inatteignable. On peut être compétitif. Pour progresser, il faut cependant faire partie de ça. C’est comme ça qu’on s’améliore et qu’on progresse», a-t-il lancé.